Craintes renforcées, grève prolongée à la SNCM



Le "Danielle Casanova" et les autres navires de la SNCM sont toujours à quai (© Franck André)
Le "Danielle Casanova" et les autres navires de la SNCM sont toujours à quai (© Franck André)
Les personnels de la SNCM ont décidé la poursuite de leur mouvement de grève vendredi 3 décembre, avant de manifester à Marseille pour exiger l'application du plan de sauvetage de la compagnie. "Il y a une union sacrée à Marseille autour de la SNCM pour défendre le projet industriel. La balle est dans le camp du gouvernement", a déclaré Maurice Perrin, représentant de l'intersyndicale (CFE-CGC, CGT marins, Syndicat autonome des marins de la marine marchande, CFDT), après que les syndicats eurent rencontré le premier adjoint au maire (UMP) Roland Blum, et le député PS et candidat à la mairie Patrick Mennucci.
La grève, entamée le 1er janvier et suivie à 65 %, avait été décidée de longue date par l'ensemble des organisations à l'exception du Syndicat des travailleurs corses (STC), mais l'annonce le 31 décembre par le Premier ministre de 30 millions d'euros d'apport supplémentaire de l'État, loin de rassurer les salariés, n'a fait que renforcer leurs craintes d'un possible "abandon du plan industriel" décidé par les actionnaires en septembre. "L'erreur du gouvernement, c'est de penser que le seul problème de la SNCM est un problème de trésorerie. Il ne voit pas le fond du dossier sur l'actionnariat", estime Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC.

"La SNCM doit mettre en œuvre son plan d'économies"

En réponse au critiques et craintes, le ministère des Transports a appelé le 2 janvier la direction de la SNCM à mettre en œuvre son plan de redressement, assurant que "l'État prend parfaitement ses responsabilités". "L'État a versé 20 millions d'euros cet automne et vient de s'engager pour 30 millions d'euros qui vont assurer toute la trésorerie de 2014", rappelle le ministère. Ce dernier souligne aussi le fait que le gouvernement français a engagé des recours contre la condamnation de la SNCM par Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros d'aides jugées illégales. "Après, ce qui va sauver l'entreprise, c'est de réduire ses coûts", fait valoir le ministère. "Ce n'est pas à l'État d'appliquer le plan, mais à la direction".

AFP

Vendredi 3 Janvier 2014



Lu 80 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse