Création de Transporteurs fluviaux de France


Créé par le Comité des armateurs fluviaux et la Chambre nationale de la batellerie artisanale, Transporteurs fluviaux de France est au service du développement du transport de fret par voie d'eau. Le nouveau groupement se donne dix-huit mois pour démontrer sa pertinence à travers la gestion de plusieurs dossiers-clés pour l'avenir de la profession.


Création de Transporteurs fluviaux de France
Les positions antagonistes d'hier oubliées, armements et bateliers fluviaux ont décidé de créer le groupement professionnel Transporteurs fluviaux de France (TFF). Son objectif : "Fédérer l'offre française du transport fluvial de marchandises pour parler d'une seule voix en direction des pouvoirs publics, des acteurs économiques, dont les chargeurs et les logisticiens, et les médias", présentent Didier Léandri, président du Comité des armateurs fluviaux (CAF), et Michel Dourlent, son homologue à la tête de la Chambre nationale de la batellerie artisanale (CNBA).

Didier Léandri, président du CAF © E. D.
Didier Léandri, président du CAF © E. D.
Ensemble, ils représentent 1.100 entreprises qui génèrent un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros et emploient 4.000 personnes. Dans l'ordre des priorités, les infrastructures figurent en haut de la liste. Trois projets majeurs pour l'avenir de la voie d'eau sont en effet suspendus aux conclusions rendues fin mars par la Commission Mobilité 21 chargée de hiérarchiser les projets du Schéma national des infrastructures de transport (Snit) : extension du gabarit entre Bray et Nogent sur la Seine, liaison Saône-Moselle/Saône-Rhin et Seine-Nord Europe qui conditionne aussi l'approfondissement de l'Oise sur son débouché Sud entre Creil et Compiègne (projet Magéo).

Restaurer les marges

Sans chercher à se substituer à leur structure d'origine régie d'ailleurs par des statuts différents - établissement public pour la CNBA, association type 1901 pour le CAF -, les deux cofondateurs se donnent dix-huit mois pour affiner leur stratégie au sein de TFF. Au-delà du dossier Infrastructures qui englobe la modernisation du réseau à petit et à grand gabarit, cinq autres sujets apparaissent sur leur feuille de route : "L'interface sur les réseaux à grand gabarit, notamment sur les axes séquanien et rhodanien, la tarification d'usage du réseau corrélé avec le niveau de service rendu, les relations contractuelles transporteurs/donneurs d'ordre, la fiscalité et l'harmonisation sociale nationale avec le standard européen élaboré par la CCNR et la Commission européenne".

Michel Dourlent, président de la CNBA © E. D.
Michel Dourlent, président de la CNBA © E. D.
En dépit de la résistance des trafics en 2012 (- 1,6 % en tonnes kilomètres, voir "L'Antenne" du 28 janvier 2013), l'un des défis à la profession "est la compétitivité et la restauration des marges", souligne Didier Léandri. "Pour nous, trois directions doivent être explorées : l'innovation des matériels, des modes d'exploitation et commerciale, les modèles d'organisation en favorisant les partenariats et les regroupements capables de s'intégrer à des chaînes logistiques en synergie avec d'autres modes, et la professionnalisation via la formation car le transport fluvial recrute au-delà des spécialités de navigation". La création du Bac Pro Fluvial dès la rentrée prochaine dans deux à trois lycées professionnels est saluée car il va dans le sens de cette professionnalisation.

Promouvoir une politique fluviale

À travers des rencontres avec l'ensemble des acteurs de la chaîne du transport fluvial, collectivités et ministères inclus, les travaux de TFF doivent aboutir, selon Didier Léandri et Michel Dourlent, à la définition d'une "véritable politique stratégique en faveur du transport fluvial" dont l'acte fondateur pourrait être des États généraux consacrés au mode.

"Une même voix pour agir en faveur du transport fluvial"


Adossé aux moyens du CAF et de la CNBA, et administré à parts égales par des professionnels issus des deux organismes, TFF a vocation à s'ouvrir à tous les acteurs du monde fluvial... sans fermer la porte à une interprofession jugée "prématurée" pour l'heure selon les deux présidents.

Érick Demangeon

Mercredi 20 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Mars 2013 - 17:06 BP2S : enjeux et défis du shortsea


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse