Crise de financement dans le shipping


Consacrée à l'évolution du transport maritime mondial et français, l'analyse semestrielle de la Mission de la flotte de commerce développe un chapitre entier sur le financement du secteur. À l'exception de quelques segments spécialisés qui semblent conserver la confiance des banques, la prudence manifestée sur d'autres pans du marché oblige les armateurs à rechercher des sources financières alternatives.


Les flottes spécialisées conservent la confiance des milieux financiers © Bourbon
Les flottes spécialisées conservent la confiance des milieux financiers © Bourbon
"Les incertitudes qui pèsent sur l'activité économique et les conséquences d'une flotte marchande en surcapacité ne permettent pas d'envisager pour l'année 2013 la reprise attendue dans le shipping". À l'instar d'autres consultants, l'analyse semestrielle sur l'évolution du transport maritime réalisée par la Mission de la flotte de commerce de la DGITM renvoie à 2014 une "possible" amélioration du secteur. La poursuite des commandes de nouveaux navires et le ralentissement fin 2012 de l'activité de démolition laissent en effet planer un doute. Dans un rapport toujours très détaillé, un chapitre complet est consacré à l'évolution des financements de la filière marquée par le retrait de nombreux établissements tels que Commerzbank, UniCredit ou HSH Nordbank. 

"Chute des taux de retour sur investissement dans le transport maritime"


"L'accès au crédit se raréfie car les banques, contraintes de renforcer leur fonds propres (en vertu des nouveaux ratios prudentiels Bâle III, NDLR), réduisent leurs actifs à risques. Or, le shipping entre dans cette catégorie en raison de ses perspectives incertaines, de la volatilité de ses revenus et de ses besoins de financement à long terme". Les taux de retour sur investissement du secteur alimentent cette prudence. Entre 2007 et 2012, ils sont passés de 35 % à 1 % dans le vrac sec, de 18 % à - 1 % pour les pétroliers, et de 18 % à 2 % pour les porte-conteneurs. "La cohérence de la chaîne de valeur qui lie la finance et le shipping s'en trouve affaiblie". Paradoxalement, cette évolution pourrait être bénéfique au transport maritime. "La restriction du crédit liée à la hausse des coûts financiers pourrait tendre à terme vers une diminution effective des flottes si elle parvient à contrebalancer les coûts réduits de la construction".

Financements alternatifs

Tous les segments ne sont pas logés à la même enseigne toutefois. À l'image des flottes de service et offshore, les secteurs spécialisés affichent encore des résultats très dynamiques "en raison de leur position de force sur leur marché et la haute valeur ajoutée de leurs prestations". Comme le groupe Bourbon qui a contracté 420 millions d'euros au second semestre 2012 auprès de banques françaises et étrangères, ces segments semblent conserver la confiance des milieux financiers. Pas certain en revanche que ces derniers accompagnent la nécessaire transition des flottes confrontées aux défis posés par les normes environnementales, dont le développement des motorisations GNL. Dans ce contexte, le rapport estime que "les banques chinoises pourraient prendre le relais des banques européennes en finançant des nouveaux navires construits en Chine. Outre les fonds d'investissements intéressés par le secteur, les émissions obligataires peuvent aussi être une solution" comme l'a prouvé Hapag-Lloyd qui a levé ainsi 700 millions de dollars récemment...

Érick Demangeon

Lundi 15 Avril 2013



Lu 778 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse