Croisière de luxe dans l'Arctique, un assaut décrié contre la dernière frontière


C'était un voyage encore impossible il y a quelques années : naviguer entre le Pacifique et l'Atlantique par le passage du Nord-Ouest. Grâce, ou à cause, du changement climatique, une croisière de luxe vient de prendre le large dans l'Arctique.


© Crystal Cruises
© Crystal Cruises
Le "Crystal Serenity" a embarqué près de 1.700 personnes, dont un millier de passagers, pour une croisière sans précédent, s'aventurant là où autrefois la banquise ne fondait jamais. Ce voyage inaugural d'un mois a suscité enthousiasme, mais également critiques de la part d'organisations environnementales.
Parti de Seward en Alaska le 16 août, le bateau de croisière de 250 mètres de longueur doit rallier New York le 17 septembre, après avoir croisé près du Groenland. Il est chaperonné par le "RRS Shackleton", un brise-glaces de ravitaillement britannique. C'est la première fois qu'un bateau de croisière de cette taille s'engage dans le mythique passage du Nord-Ouest, voie maritime d'environ 1.500 km rendue navigable avec la hausse des températures et la fonte des glaces. L'Arctique, l'un des derniers endroits préservés de la Terre, est désormais accessible.
Les passagers ont déboursé entre 22.000 et 120.000 dollars pour cette traversée inédite qui a nécessité trois ans de préparatifs pour éviter tout écueil notamment la mésaventure du "Titanic". Chacun a également dû souscrire une assurance de 50.000 dollars en cas d'évacuation en urgence. Le navire de 350 millions de dollars devrait atteindre les territoires du Nord-Ouest vendredi 26 août et terminer l'étape arctique de son périple le 4 septembre, avant de rallier New York.
"Chaque aspect de ce voyage est absolument sans précédent dans l'industrie de la croisière de luxe, et quasiment dans l'industrie du voyage en général", a relevé Edie Rodriguez, patron de la compagnie Crystal. Les croisiéristes peuvent se divertir avec des survols en hélicoptères de glaciers, d'ours polaires et autres sites naturels. Les treize niveaux offrent aussi un centre de remise en forme, un spa, des piscines, restaurants et boutiques de luxe. "C'est une entreprise formidable que de s'engager dans un voyage si historique, mais également un honneur d'être en mesure d'offrir aux voyageurs les plus perspicaces au monde l'opportunité de découvrir une région où si peu d'autres sont allés ou iront", a ajouté Edie Rodriguez.
Mais tout le monde ne voit pas ce voyage d'un bon œil. La société de croisières, prise à partie par les écologistes, est accusée de capitaliser sur la destruction de la planète. Le site d'informations Slate a publié une critique cinglante, relevant que la croisière constituait un nouvel exemple d'une société obnubilée par la consommation qui ne recule devant rien. "C'est un voyage historique, qui marque l'ouverture d'une des dernières frontières de la Terre", a écrit le journaliste Will Oremus. "C'est aussi une abomination - un énorme, consommateur de diesel, déverseur de déchets, destructeur de banquise, bras d'honneur à ce qu'il reste de la planète", a-t-il dénoncé.
De son côté, l'une des responsables du Fonds mondial pour la nature (WWF) a reconnu que la compagnie de croisières avait pris des mesures pour limiter l'impact sur l'environnement, en particulier en n'utilisant pas de mazout lourd et en se délestant des eaux usées au-delà de 12 miles nautiques des côtes (22 km). Mais Elena Agarkova s'est inquiétée pour la sécurité et la protection de la vie sauvage et des populations indigènes. "À l'heure actuelle, nous ne disposons pas de règlements adéquats pour réduire les risques sur la nature sauvage et sur les gens, pas plus que la capacité de réaction nécessaire en cas d'accident", a-t-elle souligné. Selon elle, à mesure que le changement climatique s'installe et que le trafic maritime commercial et de loisirs augmente en Arctique, il convient que les gouvernements à titre individuel et collectif se mobilisent pour encadrer ces activités. "Les bateaux de croisières de la taille du "Crystal Serenity" sont en réalité de grandes villes", a-t-elle fait valoir. Avec 1.700 personnes à bord, "ils vont décharger des milliers de litres d'eaux usées". Même relâchés loin des côtes, ces déchets vont entrer chaque jour dans un écosystème quasi-immaculé. "Et, bien sûr, plus on aura de navires, plus grand sera l'impact et plus il y aura de déchets dans ces régions plutôt préservées".

Jocelyne Zablit

Jeudi 25 Août 2016



Lu 256 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse