Dalian, une ville "japonaise" en Chine


Le soleil rouge du drapeau nippon et les cinq étoiles jaunes du pavillon chinois flamboient ensemble dans le ciel de Dalian : dans ce grand port du Nord-Est de la Chine, on n'oublie pas les crimes du Japon impérial mais on sait aussi qu'on lui doit travail et prospérité.


© Port of Dalian
© Port of Dalian
Dalian a été la seule ville abritant un consulat japonais à être épargnée par les manifestations anti-nippones qui ont déferlé sur le pays mi-septembre, à cause du différend territorial entre Pékin et Tokyo. À Dalian, l'occupation japonaise a duré quarante ans - jusqu'à la fin de la guerre en 1945 -, plus longtemps que n'importe où ailleurs en Chine continentale. Et pourtant les sentiments de la majorité chinoise sont aujourd'hui loin d'être hostiles.

Une plate-forme commerciale

Ancien bastion de l'industrie lourde d’État abandonné à la rouille après les réformes économiques des années 80, Dalian s'enorgueillit de compter plusieurs dizaines des plus grandes entreprises au monde, après avoir fait le pari des technologies de l'information et de l'externalisation. Le Japon est pour beaucoup dans cette réussite qui vaut à la ville de 6 millions d'habitants, parfois surnommée la "Bangalore chinoise", d'accueillir le Forum d'été de Davos une année sur deux. Environ la moitié des 200 compagnies étrangères sont japonaises. Canon, Toshiba, Mitsubishi, Panasonic et bien d'autres emploient ici des centaines de personnes.
Pour Rana Mitter, spécialiste des relations sino-nippones à l'université d'Oxford, "le commerce avec le Japon a été crucial dans la construction de Dalian à partir des années 80". Le Japon est associé à l'histoire de Dalian depuis ce que les Chinois dénoncent comme un "massacre" de civils à Port-Arthur en novembre 1894. Port-Arthur s'appelle aujourd'hui Lüshunkou et fait partie de Dalian. Onze années durant, Russes et Japonais se disputent le port - stratégique car il est le seul dans la région à ne pas geler l'hiver - avant que Moscou ne le cède à Tokyo. Le Japon en fait alors une plate-forme commerciale et un laboratoire de la colonisation dans le Nord-Est de la Chine où il établit son État fantoche du Mandchoukouo en 1931.

Carol Huang

Lundi 14 Janvier 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse