Débat public sur Port Seine-Métropole Ouest


Sur 100 hectares à la confluence de la Seine et de l'Oise, Port Seine-Métropole Ouest s'adresserait aux activités BTP et chantiers du Grand Paris dès 2020. Lancé le 15 septembre, le débat public durera trois mois. Quant à Port Seine-Métropole Est davantage orienté vers la logistique et les conteneurs, le projet est suspendu à l'amélioration des dessertes routières locales.


Alexis Rouque, directeur général de Haropa-Ports de Paris © Haropa-Ports de Paris
Alexis Rouque, directeur général de Haropa-Ports de Paris © Haropa-Ports de Paris
Jusqu'au 15 décembre, la concertation publique sur Port Seine-Métropole Ouest doit permettre "de discuter sur l'opportunité du projet, ses caractéristiques et ses conséquences socio-économiques et environnementales", déclare Christian Leyrit, président de la Commission nationale du débat public (CNDP). Sur la plaine d'Achères dans les Yvelines*, cette nouvelle plateforme multimodale serait équipée d'un bassin intérieur et d'un quai à usage partagé. Son périmètre englobe une carrière exploitée par GSM, un gisement de 14 millions de tonnes de granulats qui alimente les chantiers franciliens. Son aménagement représente un investissement public de 110 millions d'euros financé par Ports de Paris, maître d'ouvrage, les CPER État-Région Île-de-France, et l'Europe.
Selon le calendrier prévisionnel, les travaux débuteraient en 2018 pour une livraison des premières infrastructures dès 2020. Suivrait une construction progressive jusqu'en 2040 au fur et à mesure de l'extraction des granulats. "Ce nouveau port permettrait d'utiliser la voie d'eau pour approvisionner les chantiers du Grand Paris et pour acheminer les remblais nécessaires au réaménagement de la plaine, un cercle logistique vertueux", souligne Alexis Rouque.

Port de nouvelle génération

Selon le directeur général de Ports de Paris, "la plaine d'Achères présente des atouts uniques en Île-de-France pour un projet portuaire et développer les modes alternatifs à la route". En sus du réseau navigable à grand gabarit, le site est en effet à proximité de l'ancienne gare de triage d'Achères Grand Cormier.

"Une localisation exceptionnelle en Île-de-France"


À l'horizon 2025, il allégerait la circulation routière locale jusqu'à 450 camions par jour, et serait à l'origine d'un millier d'emplois directs. Certifiée ISO 14001, "la plateforme portuaire intégrera des mesures environnementales et paysagères dès sa conception" avec, au préalable, une dépollution de ses sols qui ont accueilli pendant un siècle les eaux usées de la ville de Paris.

Rendez-vous au printemps 2015

À la demande de Ports de Paris alors que le seuil de saisine obligatoire de la CNDP est de 300 millions d'euros, le débat public "est un moyen d'enrichir le projet et d'éclairer notre décision". Placée sous la présidence de Michel Gaillard, la Commission particulière nommée organisera huit réunions ouvertes à tous, et s'appuie sur un site internet interactif (http://psmo.debatpublic.fr), les réseaux sociaux et diverses initiatives locales d'information. À compter du 15 décembre, elle remettra sous deux mois le compte-rendu et le bilan de la concertation. Ports de Paris aura ensuite trois mois pour statuer sur les suites données au projet.

* Sur trois communes : Achères, Andrésy et Conflans-Sainte-Honorine

Quid de Seine-Métropole Est ?

Pour son activité dédiée aux vracs pondéreux, Port Seine-Métropole Ouest offrira un accès aux modes massifiés fluvial voire ferroviaire. Sa réalisation n'impose du coup aucun renforcement de la desserte routière du site, et est conçu indépendamment des suites données au canal Seine-Nord Europe. Il en va autrement de Seine-Métropole Est qui, sur 320 hectares environ, se destinerait davantage à la logistique et aux conteneurs. Avec un gisement de plus de 20 millions de tonnes de granulats à la clé, cette infrastructure stratégique pour Haropa est suspendue à l'aménagement l'A104 entre Méry-sur-Oise et Orgeval. D'un coût de 2,77 milliards d'euros, cette autoroute de 28 km a été classée en juin 2013 par la commission Mobilité 21 parmi les projets de seconde priorité, soit à l'horizon 2030-2050.

Érick Demangeon

Jeudi 25 Septembre 2014



Lu 1835 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 13:21 Canal Seine-Nord : ça se précise ! €

Mardi 29 Novembre 2016 - 13:39 Nouvelle agence CFNR sur le bassin de la Seine


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse