Décollage en douceur pour les quotas européens de CO2


Les compagnies aériennes vont devoir payer pour la pollution de leurs avions sur le territoire de l'UE à compter du 1er janvier, mais dans un premier temps la facture ne devrait pas être trop élevée en raison de la faiblesse actuelle du prix de la tonne de CO2.


© AÉROPORTS DE LYON
© AÉROPORTS DE LYON
"Les permis (droit à polluer) seront à disposition le 1er janvier au prix du marché, soit 8 euros la tonne de CO2", a expliqué Isaac Valero, porte-parole de la commissaire en charge du Climat, Connie Hedegaard. Les Européens veulent obliger toutes les compagnies aériennes, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15 % de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, à compter du 1er janvier pour lutter contre le réchauffement climatique. À 8 euros la tonne, la mesure devrait rapporter 256 millions d'euros en 2012. Si les compagnies ne se plient pas à la loi européenne, elles devront payer des amendes d'un montant de 100 euros par tonne de CO2 et pourront être interdites de vol dans l'Union.

"Ce n'est pas une taxe, mais un marché"



La comptabilisation des émissions de CO2 lâchées par les avions volant dans l'UE entrera en vigueur à compter du 1er janvier à 00 h 00 locale. En France, le ministère de l’Écologie et des Transports enregistrera ces données pour les vols au départ et à l'arrivée dans les aéroports français. Les permis sont en effet délivrés par les États. Chacun des 27 pays de l'UE fera de même et la Commission européenne réalisera un rapport en avril 2013 établissant le montant des droits à verser pour l'année 2012. Les compagnies aériennes sont ainsi intégrées dans le système d'échange de quotas d'émissions (ETS) mis en place en 2005 dans l'UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
"Ce n'est pas une taxe, mais un marché", insiste la Commission. "Le prix des permis reflète la réalité de ce marché. Pour l'instant, il est bas à cause de la crise et d'un excès de permis, mais l'Union européenne va tout faire pour le relever", a averti Bruxelles. Les États doivent décider cette année de retirer un grand nombre de permis du marché. La Commission a proposé de geler entre 500 et 800 millions de tonnes d'équivalent CO2. Le Parlement européen préconise le retrait de 1,4 milliard de tonnes. Quel que soit le volume retenu, cela entraînera une hausse du prix du permis.
"Les compagnies aériennes doivent comprendre que le prix du CO2 va probablement augmenter cette année, mais elles sont libres de décider quand elle vont acheter", souligne un responsable européen. La Commission doute qu'elles commencent à les acheter dès le 1er janvier. "Elles vont sans doute attendre la fin de l'année", estime-t-on à Bruxelles.
La politisation du dossier ne favorise par une prise de décision rapide. Dénoncée comme une "mesure discriminatoire" et une "taxe sur le carburant" par les compagnies américaines, la législation européenne a été jugée conforme au droit international par la Cour de justice de l'UE le 21 décembre. Mais la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a néanmoins enjoint l'UE à "renoncer" à cette mesure, ou "au moins différer" sa mise en œuvre, sous peine de "mesures" de rétorsion "appropriées". Cette menace américaine est prise très au sérieux par les compagnies et les industriels européens. Mais Connie Hedegaard refuse de céder.

Les Chinois engagent une action en Allemagne

La Chine, qui elle aussi menaçait l'Europe de représailles, a dans un premier temps choisi la voie des tribunaux. Les quatre principales compagnies nationales et l'association des transporteurs aériens chinois (Cata) ont décidé d'engager une action en Allemagne avant la fin de la semaine. "Il y a au moins quelque chose de positif dans cette démarche, c'est que les Chinois ont choisi la voie légale, et non celle des rétorsions", a commenté un responsable européen.

Christian Spillmann

Jeudi 29 Décembre 2011





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse