Des chefs d'entreprise coupent l'eau du canal du Midi



© Sorèze
© Sorèze
Des chefs d'entreprise du Tarn ont coupé vendredi 12 avril l'alimentation en eau du prestigieux canal du Midi pour se faire entendre et obtenir la construction d'une autoroute entre Toulouse et Castres. "Le canal du Midi irrigue Toulouse, et on aimerait que Toulouse nous irrigue avec une autoroute", a déclaré un membre du collectif de patrons, "ça fait quarante ans qu'on l'attend et on est un peu à bout". Le canal, orgueil du paysage et du patrimoine du Sud-Ouest inscrit au patrimoine mondial, n'est pas menacé d'assèchement et l'action est "symbolique, c'est un signal", a dit ce protestataire. Il s'agissait d'attirer l'attention de l'opinion et des pouvoirs publics sur l'enclavement du territoire, à un moment où la pertinence de cette autoroute est à l'examen, comme celle de plusieurs dizaines d'autres. Des manifestants ont donc déjoué la surveillance policière et fermé les vannes sur la "rigole de la plaine", qui conduit l'eau du lac de Saint-Ferréol, vaste réservoir, au canal. Et ils ont ouvert d'autres vannes pour détourner l'eau venue du lac vers la petite rivière Sor. Pendant ce temps, une soixantaine d'autres occupaient les CRS en amont, au lac de Saint-Ferréol, là où ils avaient annoncé se donner rendez-vous.
Le projet d'autoroute entre Toulouse et Castres (75 km environ) est une pomme de discorde midi-pyrénéenne depuis des années. Les entrepreneurs la réclament pour rapprocher Castres des grands centres, augmenter les flux économiques et raccourcir les trajets fastidieux et dangereux sur l'actuelle nationale. Les écologistes, notamment un "collectif RN126", sont farouchement opposés au projet qu'il soit public ou privé. L'extrême gauche, le Front de gauche, mais aussi le Front national sont contre toute autoroute et pour des aménagements de la RN126. L'autoroute Castres-Toulouse fait partie d'une série de grands projets de liaisons ferroviaires, routières et fluviales que le précédent gouvernement voulait voir réaliser mais que l'actuel exécutif dit impossibles à financer toutes. Une commission mandatée par le ministère des Transports se penche en ce moment sur leur bien-fondé et leur caractère d'urgence. Le rapport de la commission, attendu avec impatience par tous ceux que ces projets concernent partout en France, sera remis en juin.

AFP

Lundi 15 Avril 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse