Des citadelles embarquées pour échapper aux pirates


Les participants au forum Marisk de Nantes ont, entre autres, évoqué les solutions pour se prémunir contre la piraterie maritime. L'idée de construire des «citadelles» au cœur des navires de commerce est l'une d'elles.


© FRANK ANDRÉ
© FRANK ANDRÉ
Face aux attaques, de plus en plus nombreuses et violentes, de pirates somaliens dans l'océan Indien, des armateurs installent dans les entrailles des navires de commerce des pièces blindées dans lesquelles les équipages se barricadent, après avoir donné l'alerte et en espérant une riposte rapide des marines internationales qui croisent dans ces eaux.
Selon le Bureau maritime international, en 2011, 39 navires ont été abordés au large de la Somalie (il y a eu plus de 160 tentatives infructueuses). À treize reprises les marins ont déjoué l'assaut en se réfugiant dans la citadelle avant d'être secourus par des militaires. Par trois fois la chambre forte n'a pas résisté et l'équipage a été enlevé. Au 31 décembre 2011 les gangs de pirates, désormais bien organisés et financés, détenaient encore onze navires et environ 200 membres d'équipage.


«Gagner du temps en attendant des secours»

Le 26 janvier, les quelques 400 participants au forum Maritime Risk (Marisk) de Nantes ont écouté des industriels, spécialistes du blindage et des systèmes de protection, leur vanter les mérites de la "citadelle sur navire de commerce". "Dans la piraterie moderne la monnaie d'échange n'est plus la marchandise mais l'otage", explique Éric Prang, de la société Sagem. "La citadelle permet à l'équipage de se réfugier dans un endroit sûr et de gagner du temps en attendant des secours. Il est même possible d'y transférer des instruments de navigation qui lui permettront de garder le contrôle du bateau".

Une des "bonnes pratiques" de l'OMI

Où installer la chambre forte ? Blinder la passerelle ? Trop vulnérable, trop grand, donc trop cher. La salle des machines ? Trop évident. Le mieux, explique Gérald Lefebvre, de la société Amefo, spécialiste des blindages militaires, est de la cacher dans les entrailles du navire, immense dédale pour l'intrus. Plus de temps les pirates perdront à la trouver, mieux ce sera. "On peut même imaginer une fausse citadelle, une simple porte blindée bien en évidence sur laquelle ils vont se focaliser pendant que l'équipage est caché ailleurs", dit-il. La citadelle doit être équipée d'une porte résistant aux effractions et aux balles, d'une issue de secours, d'un système de filtration de l'air pour éviter que l'équipage ne se fasse enfumer et de systèmes de communication pour rester en contact avec l'extérieur. Si l'attente se prolonge, des toilettes, de l'eau et de la nourriture peuvent y être installées.
L'utilisation d'une citadelle est recommandée et citée parmi les "bonnes pratiques" par l'Organisation maritime internationale mais n'est en aucun cas obligatoire. Des citadelles sont souvent incluses dans les plans de navires en construction. Mais elles ne font pas l'unanimité. "Il ne faut pas oublier que les pirates savent s'adapter", assure Raphaël Baumler, ancien officier de marine, enseignant à la World Maritime University de Malmö (Suède). "Devant des portes blindées, s'il faut monter à bord avec de l'explosif pour les faire sauter, ils le feront". Mais "la technologie ne peut pas tout régler", dit-il. "Le but des armateurs est de dépenser le moins possible en moyens humains, et c'est tout le problème".

Michel Moutot

Vendredi 27 Janvier 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse