Des élus français plaident la cause de MyFerryLink à Londres


Une délégation d'élus français s'est rendue mardi 3 juin à Londres pour plaider la cause de la compagnie maritime MyFerryLink devant l'autorité britannique de la concurrence, qui doit prochainement décider si elle confirme l'interdiction à ses ferries d'accoster dans le port de Douvres.


Les ferries de MyFerryLink appartiennent à Eurotunnel © Port de Calais
Les ferries de MyFerryLink appartiennent à Eurotunnel © Port de Calais
Environ 470 personnes, salariés de l'ex-SeaFrance et responsables politiques, ont fait le déplacement depuis le Nord de la France pour manifester devant l'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) britannique, qui a reçu une délégation d'élus pendant plus d'une heure. "Je suis intervenue une vingtaine de minutes avec des arguments concernant d'abord la défense des 600 emplois", a expliqué Natacha Bouchart, la sénatrice-maire UMP de Calais, à l'issue de la réunion. "Il y a de la place pour trois compagnies sur le transmanche et la ligne Calais-Douvres ne fera qu'augmenter" en trafic, a-t-elle fait valoir.

Avis définitif mi-juin

La CMA avait confirmé en mai, dans une décision préliminaire, l'interdiction faite aux ferries MyFerryLink de naviguer depuis le port de Douvres, principal point d'entrée du trafic transmanche en Grande-Bretagne. Elle rendra son avis définitif mi-juin. Les ferries de MyFerryLink appartiennent à Eurotunnel mais sont exploités par une société coopérative de salariés (Scop) bâtie sur les ruines de feu le groupe public SeaFrance et qui emploie quelque 530 Français et 70 Britanniques. "En montrant que le concurrent danois DFDS va au chantage et que MyFerryLink est capable de vivre seul et n'a pas d'autre ambition que de maintenir 600 emplois, je pense que les arguments ont porté", a estimé Natacha Bouchart. "Nous avons reçu la délégation en provenance de Calais pour une audience cordiale et instructive. Nous sommes ravis d'avoir eu l'opportunité d'entendre le point de vue des élus de la région", a indiqué de son côté un porte-parole de la CMA. "Nous allons examiner attentivement les arguments qu'ils ont présentés, aux côtés de ceux des autres parties, avant de publier notre rapport final", a-t-il ajouté.

AFP

Mercredi 4 Juin 2014



Lu 53 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse