Des parlementaires chargés d'étudier l'avenir des grands ports français


Trois missions parlementaires ont été désignées par le gouvernement pour œuvrer au développement des connexions des ports du Havre et de Rouen, de Dunkerque et de Marseille avec leurs axes fluviaux. L'objectif est d'améliorer la compétitivité de ces ports français, les trois principales portes d’entrée maritimes internationales du pays.


© GPMD
© GPMD
Trois mois après la tenue du dernier Comité interministériel de la mer (Cimer), le Premier ministre, Manuel Valls, confie à des parlementaires les missions d'étudier "le développement des principales portes d’entrée maritimes internationales du pays et l’amélioration de leurs connexions avec les axes Seine, Rhône-Saône et Nord".
La députée Valérie Fourneyron (PS) et le sénateur Charles Revet (LR) sont ainsi chargés d’une mission sur l'avenir des ports du Havre et de Rouen en lien avec l’axe Seine. Le gouvernement souhaite en faire "une zone d’excellence économique et logistique de dimension mondiale". Après l’approbation du schéma stratégique d’aménagement et de développement de la vallée de Seine, puis la signature du premier contrat de plan inter-régional dédié à ce territoire, l’enjeu de ces places portuaires consiste à "devenir pleinement compétitives face à leurs principaux concurrents d’Europe du Nord, et d’améliorer leur dessertes fluviales et ferroviaires avec leur arrière-pays, en premier lieu le territoire du Grand Paris".
Les sénateurs Jérôme Bignon (LR) et René Vandierendonck (PS) sont chargés d’une mission concernant le port de Dunkerque et son avenir en lien avec les territoires du Nord du pays. L’ambition du gouvernement est de renforcer l’attractivité de cette place portuaire et ses connexions avec son hinterland afin d’élargir sa zone d’influence. Selon le secrétariat d'État aux Transports et à la Mer, Alain Vidalies, cette politique doit passer par "une parfaite cohérence des offres de transport massifié de ce territoire, dans la perspective notamment de la réalisation du canal Seine-Nord Europe et du développement des autoroutes ferroviaires".

"La compétitivité des ports français constitue un pilier de la politique maritime"


Quant à l'avenir du port de Marseille-Fos, la mission est confiée à la sénatrice Élisabeth Lamure (LR) et au député François-Michel Lambert (PS, ex-EELV). Ils seront tous deux chargés d'étudier son développement dans le cadre de l’axe Rhône-Saône. Pour le secrétaire d'État, la question est d'autant plus importante que le port phocéen est "essentiel à l’économie de notre pays puisqu'il constitue la principale porte maritime Sud du marché européen". Un point de vue conforme à la stratégie actuelle de port de Marseille-Fos. L’enjeu sera notamment de renforcer ses performances en matière de dessertes avec l'hinterland en matière ferroviaire et fluviale.

Conclusions et préconisations présentées en juin

Ces missions parlementaires conduites par des députés et sénateurs doivent rendre leurs conclusions et préconisations en juin 2016. Entre-temps, un point d’étape est prévu pour être présenté à l’occasion du Conseil supérieur de l’attractivité qui se tiendra en mars. Alain Vidalies souligne qu'il réunira prochainement les parlementaires chargés de ces missions pour "aborder ensemble les enjeux de leurs travaux".
Selon le secrétariat d'État aux Transports et à la Mer, "la compétitivité des ports français constitue un pilier de la politique maritime" du pays. Le gouvernement dit vouloir "faire de la France une grande porte d’entrée maritime de l’Europe, valorisant ses places portuaires et ses grands axes fluviaux". Et de souligner que tel est "le sens notamment de la stratégie nationale portuaire adoptée en 2013, grâce à laquelle chaque grand port français s’est doté d’un projet stratégique fixant son cap pour les cinq ans à venir".
Lors du Comité interministériel de la mer qui s'est déroulé en octobre 2015, le Premier ministre avait confirmé la détermination du gouvernement à "renforcer l’attractivité de nos ports afin qu’ils trouvent une place de premier plan dans le commerce mondial", rappelle le secrétariat d'État.

Vincent Calabrèse

Mercredi 3 Février 2016



Lu 1124 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse