Détroit d'Ormuz : de vives réactions en cas de fermeture


L'Iran pourrait assez facilement mettre à exécution sa menace de fermer le stratégique détroit d'Ormuz, mais une telle décision entraînerait une vive réaction militaire des États-Unis et accroîtrait encore l'isolement de Téhéran, estiment des experts.


Détroit d'Ormuz : de vives réactions en cas de fermeture
Alors que Téhéran menace de fermer le détroit par où transite entre un tiers et 40 % du trafic pétrolier mondial en cas de nouvelles sanctions internationales contre son programme nucléaire controversé, des experts s'accordent à penser que l'Iran pourrait en réalité le cas échéant prendre des mesures moins fortes. Avec un arsenal estimé de 2.000 mines, Téhéran pourrait facilement en disperser des centaines dans le détroit, large d'à peine 50 km et dont la profondeur ne dépasse pas 60 m, avant d'être repéré. Cela suffirait à fermer de fait le détroit ou tout au moins à y entraver très sérieusement le trafic maritime.
Mais un tel mouvement représenterait clairement un acte de guerre et l'Iran pourrait dans ce cas s'exposer à une réaction militaire massive des États-Unis, estime Anthony Cordesman, du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS). Dans un tel scénario, "tous les pays du Golfe soutiendraient une intervention extérieure", explique-t-il. Et l'Iran, en termes de puissance militaire comme d'économie, aurait beaucoup à perdre dans une confrontation directe, estime-t-il, soulignant que le pays n'avait pas de forces navales ou aériennes "modernes".
Confrontés à la nécessité de "nettoyer" le détroit de ses mines dans un tel scénario, les États-Unis auraient à le faire sous le feu des missiles iraniens et face à une marée de petits navires de guerre. Si certains estiment qu'un tel travail pourrait être effectué en quelques jours, d'autres experts sont moins optimistes. Ainsi, en 2008, une étude publiée dans une revue de la prestigieuse université de Harvard concluait que "cela pourrait prendre plusieurs semaines, voire des mois, pour restaurer le flux commercial, et encore plus de temps pour convaincre les marchés pétroliers que la situation est stabilisée".

"L'Iran dépend aussi du détroit pour ses exportations"



Mais, dans la mesure où le pays dépend lui aussi du détroit pour ses exportations de pétrole, experts et responsables américains pensent que l'Iran pourrait choisir un mode d'action moins jusqu'au-boutiste. Téhéran pourrait par exemple aborder des navires commerciaux traversant le Golfe et organiser des recherches à leur bord, avance Alireza Nader, un spécialiste iranien du centre de réflexion américain RAND.
Un officier américain minimise lui aussi les menaces iraniennes, "essentiellement rhétoriques", à ses yeux. "Notre priorité, c'est la liberté de naviguer. Et nous ferions tout ce que nous estimons nécessaire pour nous assurer que ce passage reste ouvert", prévient-il. Une éventuelle opération militaire américaine serait toutefois limitée à des objectifs visant directement les agissements iraniens à proximité du détroit, tempère-t-il.

Un moyen de dissuasion

En agitant la menace de fermer le détroit d'Ormuz, Téhéran espère décourager certains pays de soutenir de nouvelles sanctions liées à son programme nucléaire controversé, résume M. Nader. "Mais le problème, c'est que la tension est telle, même si l'Iran bluffe, qu'il y a largement la place pour de mauvaises interprétations de part et d'autre", ajoute-t-il. "Téhéran agite cette menace comme un moyen de dissuasion, mais si cela va trop loin, le pays pourrait se retrouver emporté dans une guerre", conclut-il.

Dan De Luce

Vendredi 30 Décembre 2011





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse