Deux bateaux de croisière refusés à Ushuaïa


Deux bateaux de croisière britanniques se sont vu refuser lundi 27 février l'autorisation d'accoster à Ushuaïa en Argentine par les autorités portuaires, après avoir fait escale aux Malouines, a annoncé le groupe Carnival, propriétaire des navires.


© P&O
© P&O
Parti le 13 janvier de Southampton (sud de l'Angleterre), l'«Adonia», un bâtiment d'une capacité de plus de 700 passagers appartenant à P&O, filiale de Carnival, devait faire escale à Ushuaïa, dans le cadre d'une croisière de 87 jours en Amérique du Sud. "Après un arrêt aux Malouines le samedi 25 février, les autorités portuaires locales n'ont pas autorisé l'«Adonia» à accoster à Ushuaïa, en Argentine", a indiqué le groupe. Le bateau fait maintenant route vers sa prochaine destination, le port de Punta Arenas, au Chili.
Un deuxième bateau, le «Star Princess», affrété par la compagnie Princess Cruises, autre filiale de Carnival, s'est lui aussi vu interdire l'accès du port d’Ushuaïa, selon la même source. Il avait également fait escale samedi 25 février aux Malouines. Parti le 18 février de Rio de Janeiro, au Brésil, ce navire effectue une croisière de quatorze jours en Amérique du Sud.

30e anniversaire du conflit

Les tensions se sont accrues entre le Royaume-Uni et l'Argentine à l'approche du trentième anniversaire, en avril, du conflit qui a opposé les deux pays avec pour enjeu la souveraineté des Malouines. Le ministère britannique des Affaires étrangères s'est déclaré "très préoccupé" par cette affaire. "Il ne peut y avoir de justification à l'interférence dans un commerce libre et légitime", a souligné un porte-parole. "Les diplomates britanniques en Argentine essaient d'éclaircir de toute urgence les circonstances de ces incidents et nous en sommes en contact avec les compagnies concernées", a-t-il ajouté.
Les Malouines, situées au large des côtes de l'extrême Sud de l'Argentine, sont sous contrôle du Royaume-Uni depuis 1833, mais Buenos Aires continue d'en revendiquer la souveraineté. Les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay) s'étaient engagés en décembre à interdire aux navires battant pavillon des Malouines de mouiller dans leurs ports, en signe de solidarité avec l'Argentine.

AFP

Mardi 28 Février 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse