Deux des trois volets de la réforme en place en Martinique


Aujourd'hui, Martinique hub Caraïbes, port dont la CCI de Martinique était le concessionnaire, est en passe d'achever les trois grandes étapes qui marquent son changement de statut. Le projet stratégique mettra l'accent sur le développement du conteneur et l'essor de la croisière et tirera profit du conseil interportuaire.


L'exercice consistait à réaliser en trois mois le changement de gouvernance, de réaliser le détachement ou le transfert de personnel dans le cadre du volet ressources humaines» et de transférer le volet financier», souligne le préfigurateur du Grand Port maritime de La Martinique Jean-Rémy Villageois.
Et le dirigeant de l'établissement portuaire d'expliquer que le volet "ressources humaines est achevé. Le port martiniquais emploie cent-onze salariés, soit vingt-deux salariés issus de la Deal et qui ont été détachés auprès du nouveau Grand Port maritime, quatre-vingt-six autres transférés par la CCI, et quelques personnes qui viennent d'être recrutées". Au plan financier, l'établissement a dû créer une agence comptable. L'opération a été conduite en décembre pour une mise en place le 2 janvier, précise le préfigurateur.
Des trois dossiers, seul le volet gouvernance a pris un peu de retard. Conformément au décret prévoyant la nouvelle organisation, les membres du Conseil de surveillance sont en cours de nomination. Ils seront au nombre de dix-sept, dont six personnalités qualifiées, quatre représentants de l'État, quatre des collectivités territoriales et trois représentants du personnel. La première réunion devrait se tenir fin février.

Le conteneur et la croisière au cœur du projet stratégique

De son côté, Jean-Rémy Villageois, qui prendra la présidence du Directoire, lève le voile sur sur les grands axes du projet stratégique du Grand Port maritime, ou Martinique hub Caraïbe. Parmi les grandes lignes qui marqueront ce lourd dossier figureront le développement du conteneur et la poursuite de l'essor de la croisière, confie le futur directeur de l'établissement.

"Nous misons sur la généralisation du trafic caribéen"


Il espère que le port tirera profit de l'extension du terminal à conteneurs de la Pointe-des-Grives sur le front du trafic domestique et table également sur les retombées positives de l'élargissement du canal de Panama pour gagner des parts sur le marché du transbordement. "Nous misons sur la généralisation du trafic caribéen pour nous positionner comme hub secondaire. Notre prétention n'est pas de rivaliser avec le Nord. Nous sommes sur des quantités moindres. Mais nous pourrons offrir une fiabilité sociale et économique ainsi qu'une stabilité politique", ajoute-t-il, précisant que "des efforts devront être fournis en matière de coût du travail".
Quant au projet de création d'un conseil interportuaire, Jean-Rémy Villageois estime que le Grand Port maritime de La Martinique et celui de la Guadeloupe ont tout intérêt à établir des relations de coopération. "On ne sera plus en attitude d'observation l'un vis-à-vis de l'autre", décrit-il. Il indique qu'en attendant que le décret soit publié, les partenaires peuvent commencer à travailler.

Extension de la Pointe-des-Grives sous conditions

Composée d'aménagements des quais et des souilles, l'extension du terminal à conteneurs actuel de la Pointe-des-Grives à Fort-de-France en Martinique vise à augmenter et à adapter la capacité d'accueil du site, de grands porte-conteneurs en particulier. Cette opération nécessite le dragage de 920.000 m3 de fonds marins et leur évacuation prévue soit vers un dépôt en mer, soit par la création d'une mangrove artificielle. Cette seconde option qui prévoit de conquérir 12 hectares sur la mer est privilégiée par l'autorité environnementale qui a délivré il y a quelques jours son avis sur le projet. "Les enjeux environnementaux de l'opération concernent les impacts possibles des dépôts de matériaux en mer et la pérennité de la mangrove à créer". Les principales recommandations de l'Autorité portent sur la continuité dans les engagements pris à l'occasion du passage de relais entre les deux maîtres d'ouvrage (le Grand Port maritime). Une série d'études complémentaires sont en outre demandées sur l'état initial des zones prévues pour l'évacuation des matériaux, les courants et les dépôts de sédiments ainsi que la destruction de coraux protégés.

Vincent Calabrèse

Vendredi 1 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Février 2013 - 10:17 "Le port de Nouvelle-Calédonie est précurseur"


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse