Didier Léandri à la tête des armements fluviaux européens


Nommé à la présidence de l'European Barge Union, Didier Léandri encourage l'Europe à poursuivre sa politique de transfert modal en faveur de la voie d'eau à travers le programme RTE-T, et à soutenir financièrement les travaux menés dans le cadre de Naïades II et de ses plateformes d'application et de recherche. L'un des premiers dossiers sur la table du nouveau président est la révision de la directive n° 97/68 sur les engins mobiles non routiers.


Didier Léandri, président du Comité des armateurs fluviaux et nouveau président de l'European Barge Union (EBU) © TFF
Didier Léandri, président du Comité des armateurs fluviaux et nouveau président de l'European Barge Union (EBU) © TFF
Président du Comité des armateurs fluviaux depuis fin 2012, création de Transporteurs fluviaux de France avec la Chambre nationale de la batellerie artisanale (CNBA) en 2013... et aujourd'hui à la tête de l'European Barge Union (EBU), soit le groupement qui rassemble les transporteurs fluviaux en Europe. Dans un temps record, Didier Léandri est devenu un interlocuteur incontournable pour la défense des intérêts professionnels de la voie d'eau en France et désormais en Europe. Lors de sa nomination à la présidence l'EBU, il a dressé les grandes lignes de son action, à commencer par la place du fluvial dans les infrastructures de transport via leur intégration dans le programme RTE-T et l'irrigation du territoire européen. L'occasion de saluer aussi les travaux menés dans le cadre des programmes Naïades II (2014-2020), et de sa plateforme d'application Platina II (2013-2016) à l'origine d'un projet de recherche et de développement européen baptisé Navigator 2020... tout en déplorant le manque de soutien financier pour accompagner les ambitions contenues dans ces documents. Dans l'esprit de la stratégie globale "Transport 2050" définie en 2011 par la Commission européenne dans Livre blanc sur les transports, elles visent notamment à intégrer la voie d'eau autour de deux objectifs : mettre en place un système de transport compétitif au service de la mobilité, la croissance et l'emploi, réduire la dépendance au pétrole de l'Europe et ses émissions de gaz à effet de serre. Chiffrées, ces orientations doivent permettre un transfert modal de 30 % du fret routier vers le rail et le fluvial en 2030, et de 50 % à l'horizon 2050 pour atteindre une réduction de 60 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990.

"Verdir" la flotte européenne

L'amélioration des performances écologiques et opérationnelles de la navigation intérieure à partir, par exemple, des innovations éprouvées dans d'autres modes dont le routier, et leur appropriation sur les navires neufs et en exploitation, est l'une des voies poursuivies. Elle passe notamment par de nouvelles générations de moteurs et des carburants plus propres à l'image du gaz naturel. Un débat est en cours à Bruxelles au travers de la révision de la directive n° 97/68 sur les engins mobiles non routiers.

"Trouver un bon équilibre entre protection de l'environnement et faisabilité technique et économique des solutions"


Par la voix de son nouveau président, l'EBU se déclare favorable à cette évolution mais met en garde la Commission sur "le bon équilibre à trouver entre protection de l'environnement et faisabilité technique et économique des solutions". Ne serait-ce que pour une appropriation rapide d'éventuelles nouvelles normes par les acteurs du transport fluvial, et éviter une distorsion de concurrence avec les autres modes terrestres. Aussi, Didier Léandri plaide-t-il pour des normes reconnues au plan mondial, à l'image de celle de l'OMI, et des technologies en termes de motorisations performantes déjà disponibles à des prix compétitifs.

Érick Demangeon

Mardi 6 Mai 2014



Lu 560 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse