Dieppe : retour à plus de 2 millions de tonnes


Avec 2,15 millions de tonnes de trafic global, le port de Dieppe enregistre en 2015 une progression de 21,5 % et son meilleur score depuis 2006, époque où le BTP régional ne connaissait pas la crise et où les entrées de granulats marins pour le groupe Vinci flirtaient avec les 800.000 tonnes.


© Port de Dieppe
© Port de Dieppe
La dernière fois que le port de Dieppe avait franchi la barre des 2 millions de tonnes, c’était en 2008. L’an dernier, le rétablissement des trois rotations quotidiennes pour les deux ferries du Conseil général de Seine-Maritime exploités par DFDS Seaways sous le régime d’une délégation de service public (DSP) a permis, sous la pression des élus, de relancer la ligne vers Newhaven. La nouvelle majorité du Département a opté pour un régime de régie personnalisée qui devrait être mis en place après deux années de prolongation de la DSP moyennant des investissements effectués par l’opérateur danois sur les deux bateaux, le «Seven Sisters» et le «Côte d’Albâtre». En 2015, avec 1.672 traversées effectuées contre 1.356 l’année précédente (+ 23,3 %), le nombre de passagers embarqués sur les deux ferries bondit de 44 % à près de 410.000 et le fret transporté a fait presque aussi bien à + 34,7 % avec 1,625 million de tonnes sur plus de 51.000 camions.
Pour les autres trafics habituels du port, les résultats sont également satisfaisants à l’exception de la SAS Graves de mer (Eurovia, groupe Vinci) dans l’avant-port qui plonge de 18 %, à 332.000 tonnes pour ses entrées de matériaux marins, toujours victime de la crise sévère que connaît le BTP. En revanche, même si, une fois de plus, elle ne s’est pas approvisionnée en matières premières par la mer, l’usine Saipol (groupe Soprol) a progressé tant dans les sorties d’huiles (+ 54 %) à 78.400 tonnes que dans celles de tourteaux pour la nourriture animale (+ 22,4 %) à 78.700 tonnes, deux scores qui la situent à son meilleur niveau de production. Toujours dans les trafics de niche du port normand, on peut souligner la stabilité des entrées d’éoliennes terrestres à 15.000 tonnes, la légère progression des sorties de ferrailles à 8.800 tonnes et l’érosion des exportations de bois à 8.100 tonnes, avec une escale en moins.

Vincent Rogé

Mardi 12 Janvier 2016



Lu 287 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse