Différend maritime entre Birmanie et Bangladesh


Le tribunal international du droit de la mer (TIDM), qui dépend de l'Onu et est basé à Hambourg, a tranché mercredi 14 mars un différend territorial délicat entre la Birmanie et le Bangladesh portant sur une zone riche en matières premières du golfe du Bengale.


Différend maritime entre Birmanie et Bangladesh
Un tribunal international vient de trancher un différend maritime dans le golfe du Bengale entre la Birmanie et le Bangladesh. Dans sa décision, le président du tribunal, Jose Luis Jesus, a délimité la frontière maritime entre les deux États, proposant une solution de compromis. Il a ainsi estimé que les deux pays devaient avoir la souveraineté sur leur plateau territorial respectif et, s'il a retenu la méthodologie proposée par la Birmanie pour ses calculs, il a accordé davantage de surface maritime au Bangladesh.
La décision a été votée par vingt-trois juges internationaux, même si certains ont émis des réserves sur des aspects du jugement. "Les deux parties ont gagné quelque chose et perdu quelque chose", a commenté Rüdiger Wolfrum, un juge allemand membre du jury. La ministre bangladaise des Affaires étrangères, Dipu Moni, a également jugé qu'il s'agissait d'une "victoire pour les deux côtés", ajoutant que Dacca allait pouvoir démarrer l'exploitation des réserves de pétrole et de gaz. Il s'agissait de la première affaire de délimitation d'une frontière maritime dont le Tribunal était saisi.

Problème similaire avec l'Inde

La zone en question est disputée par les deux pays depuis quarante ans environ, et le différend avait même failli dégénérer en conflit armé en 2008 quand la Birmanie avait fait escorter des navires de forages par des navires armés à 50 km des côtes d'une île bangladaise.

«Davantage de surface maritime pour le Bangladesh»


Le Bangladesh avait lui aussi envoyé des navires de guerre et massé des troupes à la frontière avant que les deux pays n'apaisent les tensions. Une procédure avait ensuite été engagée devant le TIDM le 14 décembre 2009 et les audiences s'étaient déroulées en septembre 2011. Les deux pays avaient déclaré qu'ils respecteraient la décision du TIDM, qui n'est pas susceptible d'appel. Un différend similaire avec l'Inde occupe le Bangladesh, qui espère le résoudre d'ici 2014.

AFP

Jeudi 15 Mars 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse