Ebola : quatre syndicats d'Air France appellent à suspendre les vols



© Air France
© Air France
Le syndicat Sud-aérien, non représentatif chez Air France, a demandé samedi 23 août à la compagnie de suspendre ses vols vers la Guinée, la Sierra Leone et le Nigeria en raison d'un "risque réel" de contamination par le virus Ebola encouru, selon lui, par les passagers et équipages. La même inquiétude a déjà été exprimée ces derniers jours par les troisième (SNPNC), quatrième (UGICT-CGT) et cinquième (SNGAF) organisations chez les navigants.
"En continuant la desserte de Freetown, Lagos et Conakry, la compagnie fait courir un risque réel aux passagers et aux équipages et ne respecte pas le principe de précaution", écrit Sud-aérien, sixième syndicat parmi les navigants. Le syndicat juge "les mesures prises (kit Ebola, thermomètres et questionnaires) bien dérisoires" et demande à la compagnie de "suspendre les rotations pour ces trois pays". Il encourage les navigants à refuser d'embarquer sur ces destinations. Ces trois villes ont été classées comme destination à risque par le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail d'Air France (CHSCT), qui a déposé en juillet un avis de "danger grave et imminent".
Le quatrième syndicat chez les hôtesses et stewards d'Air France (UGICT-CGT) enjoint, quant à lui,  "l'ensemble des PNC Air France à refuser tout vol à destination de Conakry, Freetown et Lagos". Les mesures mises en place par Air France sont "totalement inadaptées à la gravité de la situation et aux risques encourus par les hôtesses, stewards et chefs de cabine", estime le syndicat. Un autre syndicat de navigants, non représentatif, le SNGAF, avait lancé lundi 18 août une pétition demandant "l'arrêt immédiat de la desserte des pays touchés par le virus Ebola".
La compagnie française est l'une des rares à encore assurer des rotations quotidiennes vers Conakry et Lagos et trois fois par semaine vers Freetown. Un porte-parole d'Air France a expliqué que le groupe mettait tout "en œuvre pour garantir la santé et la sécurité de ses clients et de ses personnels sur toutes les escales de son réseau tout en respectant la décision des personnels navigants commerciaux qui ne souhaitent pas effectuer leur mission vers ces destinations". Il a précisé que les avions effectuant ces liaisons volent avec le nombre réglementaire minimum de cinq PNC, prévu pour le type d'appareil desservant ces destinations (A330).

AFP

Lundi 25 Août 2014



Lu 36 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse