Ebola : suspendre les vols est contreproductif


L'évolution de l'épidémie de fièvre Ebola est particulièrement "inquiétante" en Sierra Leone et au Liberia mais la suspension des vols vers les pays infectés est contreproductive, estime le spécialiste de cette maladie Sylvain Baize. Responsable du Centre national de référence des fièvres hémorragiques virales (Institut Pasteur/Ciri) à Lyon, cet expert juge que l'importation de cas en Europe est possible mais peu probable.


© Air Guinée
© Air Guinée
Selon l'OMS, le nombre de victimes en Afrique de l'Ouest a doublé en un mois. Diriez-vous que l'épidémie est hors de contrôle ?
"Il faut relativiser en fonction des pays. Pour la Guinée, l'épidémie n'augmente pas de façon exponentielle. On peut considérer qu'elle est contenue. Les mesures en place pour isoler les patients et gérer l'épidémie ne permettent pas de l'arrêter mais permettent d'éviter que ce soit chaotique et exponentiel. En Sierra Leone et au Liberia, c'est beaucoup plus inquiétant. Dans ces pays se pose le problème d'une épidémie qui n'est pas complètement gérable parce que les structures sur place sont insuffisantes pour accueillir les malades. Tous les malades ne sont pas recensés, des malades non isolés continuent de transmettre la maladie à leurs proches. C'est pour cela qu'on observe une augmentation exponentielle des cas".

L'OMS estime que le nombre réel de cas pourrait être deux à quatre fois plus élevé dans certaines zones. Est-ce là le principal problème de cette épidémie ?
"Il n'y a pas assez d'équipes sur le terrain pour aller chercher les patients dans les moindres recoins des villes et villages. C'est toute la difficulté de cette épidémie depuis le début : dans ces pays très peuplés, avec des voies de circulation terrestres très faciles d'accès, il y a eu une grande dispersion des foyers épidémiques".

L'OMS espère pouvoir stopper la progression de l'épidémie d'ici trois mois : qu'en pensez-vous ?
"Le contrôle de ce type d'épidémies se fait en deux étapes. La première est d'essayer de contenir le progression en répertoriant et isolant un maximum de patients pour empêcher une progression exponentielle du nombre de cas. La seconde est une course de fond, où on essaie d'éteindre tous les foyers résiduels. Si on rate un foyer, l'épidémie est relancée. Cette étape est extrêmement difficile, surtout dans des pays en détresse économique et sociale comme le Liberia. Le délai de trois mois pour passer le pic de l'épidémie ne me choque pas vu comme c'est parti aujourd'hui".

Vous semble-t-il efficace de restreindre l'accès aux pays contaminés ?
"Je suis très réservé sur l'arrêt des dessertes aériennes (Sierra Leone, Liberia et Guinée). Le risque qu'on met en avant pour le personnel navigant est très limité. À partir du moment où l'on met en place des mesures de contrôle des passagers, il n'y a pas de raison d'arrêter de desservir ces pays. Si on les met en quarantaine au niveau aérien, on déstabilise complètement leur lutte contre l'épidémie : les rotations des personnels soignant expatriés et l'acheminement du matériel seront problématiques alors qu'il n'y a déjà pas assez de moyen. Pour ce qui est des frontières terrestres, on peut les fermer mais je ne suis pas sûr que cela empêche quoi que ce soit. C'est illusoire : vous allez fermer une piste et les gens vont passer par la brousse à côté".

Est-il possible que cette maladie soit importée en Europe ?
"Des cas importés sont toujours possibles. On ne peut pas empêcher quelqu'un qui serait en phase d'incubation de la maladie d'embarquer avant que les symptômes de fortes fièvres ou de diarrhée se manifestent. C'est possible mais la probabilité est extrêmement faible car la phase d'incubation est très courte".

Réunion d'urgence lundi 8 septembre

L'Union africaine a annoncé qu'elle se réunirait d'urgence lundi 8 septembre pour définir une stratégie à l'échelle du continent sur l'épidémie d'Ebola qui ne cesse de s'étendre en Afrique de l'Ouest. Le conseil exécutif de l'UA a précisé que la réunion qui se tiendra au siège de l'organisation à Addis Abeba examinera également les mesures de suspension des vols et fermeture de ports et frontières et de la "stigmatisation des pays touchés et de leurs ressortissants".

Olivier Thibault

Vendredi 5 Septembre 2014



Lu 38 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:12 Fort rebond du fret aérien mondial en octobre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse