Ebola : trois compagnies aériennes desservent encore la Sierra Leone



Royal air Maroc, Brussels Airlines et Air France opèrent encore © Brussels Airlines
Royal air Maroc, Brussels Airlines et Air France opèrent encore © Brussels Airlines
Seules trois compagnies aériennes internationales desservent encore la Sierra Leone en proie à l'épidémie de virus Ebola, a annoncé mardi 19 août le directeur général de l'Aviation civile, Abubakarr Kamara. Cinq compagnies : Arik, Asky, British Airways, Gambia Bird et Kenya Airways ont interrompu leurs liaisons avec Freetown en raison de l'épidémie. "Trois autres compagnies, Royal air Maroc, Brussels Airlines et Air France, opèrent encore, mais sont sous intense pression de passagers qui veulent partir", a-t-il précisé. "La Sierra Leone perd d'énormes recettes à cause de ces suspensions", a-t-il déploré, soulignant que "jusqu'à présent aucun passager au décollage de Sierra Leone n'a été testé positif au virus Ebola".
Par ailleurs, certains personnels navigants d'Air France "n'ont pas souhaité effectuer leur mission" pour se rendre en Guinée, en Sierra Leone ou au Nigeria, pays touchés par l'épidémie d'Ebola, a expliqué un porte-parole de la compagnie, affirmant que tous les vols avaient été maintenus sur ces destinations. Des personnels "n'ont pas souhaité effectuer leur mission" vers des destinations telles Conakry (Guinée), Freetown (Sierra Leone) et Lagos (Nigeria), a expliqué le porte-parole de la compagnie française, ne pouvant pas donner de chiffres précis. "Dans tous les cas, tous les vols sont partis avec des équipages composés en totale conformité, en nombre comme en qualification, avec la réglementation", a affirmé la compagnie française, soulignant qu'"il n'y avait eu aucun impact et que l'ensemble des programmes de vols avaient été maintenus" sur ces destinations.
Selon Air France, "la compagnie n'oblige pas un membre du personnel navigant commercial a effectuer sa mission vers des destinations telles Conakry, Freetown, et Lagos". Ces trois villes sont classées comme destination à risque par le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) d'Air France. La compagnie dessert "quotidiennement Conakry, ainsi que Lagos et trois fois par semaine Freetown". Lundi 18 août, le syndicat national du groupe Air France (SNGAF), minoritaire, a lancé une pétition, demandant "l'arrêt immédiat de la desserte des pays touchés par le virus Ebola". "Nous savons que nous avons un métier à risque, mais avec des risques mesurés. Là, c'est totalement hors de contrôle, les informations ne sont pas les mêmes d'un jour à l'autre", a déploré Sophie Gorins, secrétaire générale du SNPNC, syndicat de navigants (3e). Selon Sophie Gorins, "si nous ne sommes pas capables d'assurer davantage d'hygiène ou d'établir un cordon sanitaire, il faudrait annuler les vols à destination de ces pays, sauf à dire que nous sommes réquisitionnés pour porter secours", a-t-elle martelé. "Les mesures qui consistent à distribuer des gants ou des fiches sont un pis-aller, nous n'avons aucune certitude que nous ne transportons pas une victime ou que nous ne sommes pas nous-mêmes porteurs de la maladie", a-t-elle regretté. Un commandant de bord peut invoquer son droit de retrait s'il estime encourir un "danger grave et imminent " pour sa vie ou sa santé. Ce droit est alors appliqué à l'ensemble de l'équipage, qui est remplacé par un équipage de réserve. Confrontés à la même situation, les hôtesses et stewards peuvent invoquer une "clause de fatigue" En 2009, en raison de la grippe porcine, des équipages d'Air France avaient ainsi fait valoir leur droit de retrait pour ne pas embarquer à bord de vols à destination du Mexique.
Plusieurs organisations internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et l'Association internationale du transport aérien (Iata), ont annoncé lundi 18 août la création d'un groupe de travail pour fournir "des informations au secteur du voyage et du tourisme ainsi qu'aux voyageurs". Mais l'OMS a réaffirmé mardi 19 août ne pas recommander d'interdiction de vol, compte tenu de la faiblesse du risque de transmission pendant les voyages en avion et du fait que le virus, contrairement à des maladies comme la grippe ou la tuberculose, ne se transmet pas par voie aérienne.

AFP

Mercredi 20 Août 2014



Lu 71 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse