Ecomouv' : Metz exige le respect des engagements


Plusieurs élus de tous bords de la communauté d'agglomération de Metz Métropole ont exigé mardi 26 novembre le respect des engagements de l'État concernant l'Écotaxe et Ecomouv', l'entreprise chargée de collecter cette redevance, dont le centre opérationnel est situé à Metz.


"Ecomouv' emploie actuellement 156 personnes en contrat à durée indéterminée mais, du fait de la suspension de l'Écotaxe, la société a dû renoncer à intégrer 180 personnes supplémentaires", a relevé Jean-Luc Bohl, président de Metz Métropole et maire de Montigny-lès-Metz. "100 agents (60 qui étaient en formation et 40 CDD et intérimaires) étaient sur le point d'être intégrés et 80 personnes supplémentaires étaient sur le point d'entrer en formation pour être recrutées prochainement par Ecomouv'", a précisé Jean-Luc Bohl.

150 douaniers

En conséquence, Metz Métropole a exigé du gouvernement "des précisions et des garanties formelles de la date de la mise en application de l'Écotaxe", "une mobilisation exceptionnelle de l'État" pour le maintien des agents d'Ecomouv' en CDI sur toute la période de la suspension ainsi que des "mesures urgentes d'accompagnement et de soutien" des 180 personnes non recrutées comme il était prévu. 150 douaniers ont également été affectés à Metz spécialement pour épauler Ecomouv'.
La suspension de la mise en application de l'Écotaxe fin octobre est un "gâchis humain et financier absolument incroyable", a regretté de son côté le maire de Metz, Dominique Gros, soulignant que "chaque mois qui passe, c'est 100 millions d'euros de moins" pour l'entretien des infrastructures en France. Le sénateur de la Moselle et maire de Woippy, François Grosdidier, a pour sa part estimé que l'Écotaxe était "un des rares prélèvements intelligents en France" et que la remettre en question serait un "contresens économique et social".

"Un des rares prélèvements intelligents en France"


Metz accueille Ecomouv' en contrepartie des restructurations militaires qui, en 2008, avaient durement frappé son agglomération avec la perte de 5.000 emplois. Outre les quelque 300 emplois d'Ecomouv', dont le centre opérationnel s'est implanté dès 2012 sur une ancienne base aérienne dans la banlieue de Metz, l'agglomération s'était vu promettre la création de 1.500 emplois publics sur son territoire.
Jusqu'à présent les appels des élus de Metz Métropole sont restés lettre morte côté gouvernemental. Selon Dominique Gros, l'Élysée a cependant "conscience qu'il faut mettre en service l'Écotaxe, mais le calendrier de la mise en place n'est pas établi". "Il faut marquer à la culotte le gouvernement pour que les engagements soient tenus", a insisté Jean-Luc Bohl. Metz Métropole a par ailleurs demandé à l'État de faire un "point précis" des postes créés sur les 1.500 emplois publics promis par le précédent gouvernement dans le cadre des contrats de revitalisation des sites de défense (CRSD). Ce chiffre sera atteint et "même dépassé", avait promis le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, lors d'un déplacement à Metz en octobre, où il avait annoncé le transfert de 400 emplois de l'Insee dans la ville lorraine d'ici 2016, au lieu des 625 initialement promis en 2009 par Nicolas Sarkozy.

La FNSEA demande de "rebattre les cartes"

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a demandé lundi 25 novembre au gouvernement de "rebattre les cartes" sur l'Écotaxe. "Rebattons les cartes, remettons le dispositif à plat et retravaillons-le à sa source", a expliqué le responsable syndical qui a été reçu, avec son homologue de Coop de France, par les ministres de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, et des Transports, Frédéric Cuvillier, lundi après-midi. Xavier Beulin a également réclamé vendredi 22 novembre la tenue d'états généraux de l'agriculture au début de l'année prochaine.

Nouvelle journée d'action des transporteurs

L'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) d'Île-de-France, qui avait déjà mobilisé les camionneurs le 16 novembre contre l'Écotaxe, a appelé lundi 25 novembre à une nouvelle journée de manifestations samedi 30 novembre. "La mobilisation du 16 novembre 2013 a rassemblé plus de 350 véhicules sur l'A86. Ils seront encore plus nombreux à répondre à l'appel du 30", a estimé l'OTRE. Elle prévoit d'installer des barrages filtrants dès 9 heures dans le sens Province-Paris sur l'A4 (échangeurs de Collégiens), l'A6 à hauteur de l'aire de Villabé et sur l'A1 à hauteur de l'échangeur A3. Outre le volet Écotaxe, l'OTRE Île-de-France réclame également des "mesures urgentes contre la concurrence déloyale d'Europe de l'Est et du dumping social" et la "suspension provisoire des autorisations de cabotage comme l'autorise le droit européen".

AFP

Mardi 26 Novembre 2013



Lu 156 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse