Embouteillage de plans sociaux dans la logistique française


MoryGlobal, Gefco, Intermarché : en moins d'un mois, plus de 3.000 suppressions d'emplois ont été annoncées dans le transport routier de marchandises, victime d'une "guerre des prix" sur fond de "dumping social" européen, selon les représentants du secteur, qui redoutent d'autres faillites, en particulier chez les sous-traitants.


6 % à 8 % d'entreprises de transport routier de marchandises déposent le bilan chaque année © Mory
6 % à 8 % d'entreprises de transport routier de marchandises déposent le bilan chaque année © Mory
Trois de chute Jeudi 16 avril, la filiale logistique du groupe de distribution Intermarché a annoncé la fermeture de six de ses 38 bases d'ici 2018, dans le cadre d'un plan de restructuration entamé en 2012. Les syndicats estiment que plus de 600 emplois sont menacés par cette nouvelle réorganisation, chiffre que conteste la direction. Mercredi 15 avril, le groupe Gefco a indiqué qu'il étudiait la suppression de 500 postes en France, soit plus de 10 % de ses effectifs dans l'Hexagone, pour réduire ses coûts, sans toutefois fermer d'agence. Fin mars, MoryGlobal a été placé en liquidation judiciaire, entraînant le licenciement des 2.150 salariés de l'entreprise, un an seulement après avoir sa création sur les décombres de la société Mory Ducros, elle-même liquidée début 2014 au prix de 2.800 licenciements.

"Dumping" et "guerre des prix"

Le transport routier de marchandises en France est soumis à "une tension économique extrême" du fait du "dumping social" pratiqué par les entreprises d'Europe de l'Est, en particulier de Pologne, explique Gilles Mathelié-Guillet, délégué général de l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE). Les fédérations patronales dénoncent depuis longtemps une "concurrence déloyale" sur le cabotage, qui autorise depuis 2009 un transporteur européen à effectuer au maximum trois livraisons en sept jours dans un autre pays.

"Le transport routier de marchandises emploie environ 600.000 personnes en France"


Mais "ces gens-là cassent les prix" car ils sont "40 % moins cher", poursuit Gilles Mathelié-Guillet, dénonçant par ailleurs une "absence de contrôle de la fraude", notamment "la prolifération de véhicules de moins de 3,5 tonnes", qu'il qualifie de "véritable plaie" pour la profession. Le gouvernement entend imposer, via la loi Macron actuellement débattue au Parlement, une rémunération du cabotage au niveau du Smic, à l'instar de l'Allemagne, qui a mis en œuvre une mesure similaire depuis le 1er janvier, aussitôt contestée par 14 États européens.

Sous-traitants sur la sellette

Mais les cas Gefco et MoryGlobal sont aussi les conséquences de la "guerre des prix" qui sévit dans le secteur de la messagerie, c'est-à-dire le transport de colis, une activité pourtant "préservée du cabotage" parce qu'elle "nécessite de grands réseaux avec une bonne implantation", observe Nicolas Paulissen, délégué général de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). À force de rogner sur leur marges malgré des "coûts fixes importants", les entreprises de messagerie sont fragilisées, entraînant des faillites parfois retentissantes, comme celle de Sernam en 2012, rappelle-t-il. S'il "ne croit pas" à de nouveaux plans sociaux d'envergure dans le secteur de la messagerie, Nicolas Paulissen s'inquiète pour le réseau de PME dans ce secteur où "50 % du chiffre d'affaires est sous-traité". Beaucoup "vont se retrouver en grande difficulté" du fait de la liquidation de MoryGlobal, sans certitude de recouvrer leurs créances, ajoute-t-il.
Selon l'Insee, quelque 1.600 entreprises de messagerie employaient environ 53.000 salariés fin 2012, pour un chiffre d'affaires global de 9,7 milliards d'euros. Pris dans son ensemble, le transport routier de marchandises emploie environ 600.000 personnes en France dans 40.000 entreprises, dont "6 % à 8 % déposent le bilan chaque année", selon Gilles Mathelié-Guillet.

Gabriel Bourovitch

Vendredi 17 Avril 2015



Lu 340 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse