En Afrique, la croissance passe par les infrastructures


Le continent africain a enregistré une croissance prometteuse au cours de la décennie écoulée mais doit investir massivement dans ses infrastructures pour espérer poursuivre sur cette voie.


En Afrique, la croissance passe par les infrastructures
En Afrique, le chemin de la croissance passe par les infrastructures, ont estimé mardi 28 mai de hauts dirigeants à l'occasion des Assemblées de la Banque africaine de développement (BAD). Ce rendez-vous annuel se tient jusqu'à vendredi 31 mai à Marrakech, sous le thème "Transformation structurelle de l'Afrique". Plus de 2.500 personnalités y participent, dont des chefs d'État. Mardi 28 mai, un séminaire en présence du Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, s'est penché sur le dossier prioritaire des infrastructures, actuellement "déficientes" selon la BAD.
Si les économies des pays de l'Afrique subsaharienne ont connu une croissance annuelle de près de 5 % au cours de la dernière décennie, celle-ci "ne pourra profiter à une couche plus importante de la population qu'à la seule condition que l'infrastructure connaisse une nette amélioration", a notamment relevé l'institution en préambule aux débats. Commissaire au sein de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), Ibrahim Bocar Ba, a confirmé le propos. "Nous avons cinq priorités à la Cedeao. La première est bien sûr la paix. Mais les infrastructures viennent immédiatement après", d'autant qu'elles sont "le moteur de toute intégration régionale, a-t-il noté. Sur les 51 projets que compte le récent Programme de développement des infrastructures en Afrique (Pida), 21 concernent la sous-région, a ajouté cet ex-ambassadeur malien. Lancé en 2010, le Pida, chapeauté par la BAD, ambitionne de promouvoir la réalisation de projets d'infrastructures à hauteur de 68 milliards de dollars d'ici 2020, 360 milliards de dollars à l'horizon 2040.

Les corridors de transport

Comme point de départ de leur réalisation figure, pour la BAD, "la volonté politique et la détermination à agir". À ce titre, s'exprimant devant les gouverneurs de l'institution, le président rwandais, Paul Kagamé, a appelé les dirigeants africains à "s'engager fortement en faveur du renforcement de l'intégration économique par le biais de projets transfrontaliers comme les "corridors de transport" et la fourniture d'électricité et d'eau".
Lors du séminaire, le Premier ministre ivoirien a lui pris l'exemple du projet d'autoroute Abidjan-Lagos. "L'idée existe depuis plusieurs années, mais il manquait une volonté politique qu'ont récemment manifestée les présidents nigérian et ivoirien", a proclamé Daniel Kablan Duncan. Cette autoroute longue d'un millier de kilomètres, qui implique cinq pays et contribuera à faire "une Cedeao des peuples", doit pouvoir démarrer d'ici 2015, a-t-il assuré. Son coût est estimé à quelque 8 milliards de dollars, mais le financement n'est pas nécessairement un problème, a-t-il enchaîné. "Actuellement, le financement est plus aisé" avec la montée en puissance des PPP (partenariats publics-privés), a affirmé Daniel Kablan Duncan, selon qui "il est par ailleurs plus facile de monter financièrement des projets transnationaux".

"51 projets pour développer les infrastructures"


D'après la BAD, l'investissement en capital nécessaire pour mettre en œuvre le Pida jusqu'en 2020 "est très inférieur à 1 % du PIB de l'Afrique". Pour autant, si "l'aide publique au développement continuera de jouer un rôle important, les pays devront mobiliser leurs propres ressources publiques et les ressources privées de leur marché intérieur, ainsi qu'attirer l'investissement privé étranger", ajoute-t-elle. En cela, l'Afrique peut compter sur l'énorme potentiel d'exploitation que représentent ses ressources naturelles, qui "pourraient financer une part importante du développement des infrastructures", signale la BAD.
"Les infrastructures sont au cœur de la problématique de l'exploitation des ressources naturelles, dont la majorité se trouvent sur des sites difficile d'accès", a abondé le Congolais Kaala Mpinga, patron de la société minière Mwana Africa. En Afrique de l'Ouest et centrale, "les gisements de fer sont connus depuis soixante ans ou plus et il n'y a pas une tonne qui sort", a-t-il clamé. Kaala Mpinga a insisté lui aussi sur la nécessité d'une plus grande intégration régionale - "aucun pays seul n'ayant la capacité de développer les infrastructures" - et d'un recours accru au secteur privé. Quant à l'actuel trajet Abidjan-Lagos, il a remarqué avoir été frappé par "le temps passé à chaque frontière". "Il faut éviter cela pour permettre une circulation rapide", a reconnu le Premier ministre ivoirien. "Un organisme supranational sera amené à gérer ça", a-t-il promis.

AFP

Mercredi 29 Mai 2013



Lu 314 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse