Espagne : la grève des dockers provoque 36 millions d'euros de pertes



© APBA
© APBA
Le gouvernement espagnol a chiffré vendredi 9 juin à 36 millions d'euros les pertes provoquées dans les ports par la grève des dockers débutée lundi 5 juin, pour protester contre une réforme libéralisant leur emploi, prévue pour durer encore deux semaines. Les trois journées de la grève - organisée un jour sur deux - ont entraîné 12 millions d'euros de perte chacune, en cumulant les effets observés dans les entreprises de déchargement, de transport terrestre, les remorqueurs, opérateurs logistiques, etc., selon le ministère des Transports. Le ministère affirme aussi que plusieurs compagnies de transport maritime "ont reprogrammé leurs opérations portuaires", déviant certains cargos vers d'autres ports méditerranéens. L'armateur danois Maersk, numéro un mondial du transport maritime de conteneurs, aurait ainsi dévié 15 navires normalement destinés au port espagnol d'Algésiras, notamment vers le port de Tanger (Maroc). Le transporteur a aussi "décidé de dévier définitivement vers Tanger 150.000 mouvements annuels" de navires, sur les 2,4 millions qu'il effectue chaque année à Algésiras, affirme le gouvernement, qui appelle syndicats et patronats à reprendre les négociations pour mettre fin à la grève, convoquée jusqu'au 24 juin. Lundi 5 et mercredi 7 juin, le suivi de la grève a été de près de 100 %, précise le ministère qui ne donne pas de chiffre pour vendredi 9 juin. Les principaux syndicats de dockers rejettent la réforme adoptée le 18 mai pour se conformer à la libéralisation du secteur exigée par l'Union européenne. Jusqu'ici, les entreprises souhaitant embaucher des manutentionnaires devaient passer par des "sociétés de gestion des travailleurs portuaires", qui les obligeaient à recruter prioritairement les quelque 6.000 dockers qu'elles employaient. Le nouveau texte rend facultatif à terme le recours à ces groupes pour embaucher. Plus de 60 % du commerce de l'Espagne avec l'extérieur transite par les ports, notamment les exportations agroalimentaires et automobiles, capitales pour la quatrième économie de la zone euro. L'Espagne est aussi une importante plateforme de transit de marchandises entre l'Europe et le reste du monde.

AFP

Lundi 12 Juin 2017



Lu 437 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse