Espagne : rejet du décret libéralisant l'emploi de dockers


Les députés espagnols ont rejeté une réforme libéralisant l'embauche des dockers que le gouvernement voulait faire adopter afin de mettre l'Espagne en conformité avec la réglementation européenne.


Plus de 60 % du commerce de l'Espagne avec l'extérieur transite par les ports, notamment Barcelone © APM Terminals
Plus de 60 % du commerce de l'Espagne avec l'extérieur transite par les ports, notamment Barcelone © APM Terminals
En Espagne, le décret libéralisant l'emploi de dockers a été rejeté vendredi 10 mars. Le rejet du texte par 142 voix pour, 175 contre et 33 abstentions expose l'Espagne à d'importantes amendes de la Commission européenne et constitue l'un des premiers revers politiques importants du cabinet du conservateur Mariano Rajoy. Avec seulement 137 députés sur 350 à la chambre basse, les conservateurs gouvernent en minorité. Le débat avait lieu alors que planait une menace de grève des dockers.
Le 24 février, le gouvernement avait approuvé en conseil des ministres ce décret "instaurant un nouveau régime pour la prestation de services portuaires", pour mettre fin au système en vigueur d'embauche prioritaire des 6.000 dockers du pays. Actuellement, les entreprises qui ont besoin de manutentionnaires dans les ports espagnols doivent passer par des sociétés de gestion des travailleurs portuaires, qui les obligent à recruter prioritairement les 6.000 dockers qu'elles emploient.

21 millions d'euros d'amende

En 2014, la Cour de justice de l'Union européenne a jugé cette obligation contraire à la liberté d'établissement et Bruxelles exige une réforme sous peine de sanctions. Le gouvernement assure que le pays risque de payer plus de 21 millions d'euros d'amende et des pénalités de retard de 134.000 euros par jour.

"Ce décret met fin au système d'embauche prioritaire des 6.000 dockers du pays"


"C'est une directive européenne que nous devons appliquer (...), c'est notre obligation comme État", avait plaidé Mariano Rajoy. L'État s'était dit prêt à financer directement les indemnités de licenciement des dockers. Le gouvernement avait aussi proposé que les dockers volontaires pour la préretraite à partir de 50 ans touchent 70 % de leur salaire.
Au nom du groupe de gauche radicale Unidos Podemos, le député Felix Alonso avait fustigé un décret "sauvage", un cadeau fait "aux financiers et spéculateurs internationaux, principaux actionnaires et propriétaires des terminaux", qui "pourraient se débarrasser de leurs travailleurs aux frais de l'État". Les 6.000 dockers espagnols - aux salaires relativement élevés - font valoir la pénibilité de leur travail et ses dangers.
Plus de 60 % du commerce de l'Espagne avec l'extérieur transite par les ports. L'Espagne est aussi une importante plateforme de transit de marchandises entre l'Europe et le reste du monde.
Une réunion de concertation est prévue mardi 21 mars, pour tenter de renégocier. Les dockers ont annoncé jeudi 16 mars par le biais de la Coordination des travailleurs de la mer qu'ils renonçaient pour l'instant à faire grève en se félicitant de l'échec de ce décret "autoritaire". Ils se sont dits "confiants qu'une négociation sérieuse et rigoureuse" puisse désormais s'ouvrir avec la participation de l'État.

AFP

Vendredi 17 Mars 2017



Lu 469 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Mai 2017 - 15:27 Première escale au Havre du "Mol Triumph"


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse