Euler Hermes : "Le maritime paie ses investissements d’avant-crise"


Les prévisions internationales d’Euler Hermes pour le secteur des transports en 2016 sont influencées par la faiblesse des cours du pétrole, l’atonie du commerce mondial et la restructuration des marchés. Sur cette base, "l’aérien s’envole, le routier n’avance plus et le maritime sombre", selon l’assureur-crédit.


La surcapacité de la ligne régulière provient surtout des navires commandés avant la crise de 2009 © MSC
La surcapacité de la ligne régulière provient surtout des navires commandés avant la crise de 2009 © MSC
À l’exception des dépenses en combustible qui profitent des cours historiquement bas du Brent, le transport maritime pâtit de l’atonie du commerce mondial. En témoigne, selon Euler Hermes, l’évolution de l’indice Baltic Dry dans la filière des vracs secs "qui a chuté de 50 % en 2015. Il se situe désormais à un niveau quatre fois inférieur à celui de 2013".

"L’indice Baltic Dry se situe à un niveau quatre fois inférieur à celui de 2013"


Illustrée par la ligne régulière à travers le rachat de Nol par CMA CGM, la vague de fusions-acquisitions devrait se poursuivre dans le shipping "du fait de la persistance de surcapacités résultant d’investissements massifs lancés avant la crise de 2009 et aujourd’hui mis à l’eau", commente Yann Lacroix, conseiller sectoriel chez l’assureur-crédit. L’objectif de ces opérations menées par les leaders du secteur est "de renforcer leur capacité de fixation des prix, et donc leur rentabilité qui reste très médiocre pour l’instant". Avec des impacts directs sur les activités maritimes offshores, la faiblesse des prix du pétrole se traduirait aussi par une baisse de 25 % des investissements liés à l’or noir...

Stagnation dans le transport routier

L’environnement économique affecte également le transport terrestre, la route en particulier qui ne devrait pas connaître d’évolution majeure en 2016 malgré la faiblesse des prix du carburant. "L’impact limité de la baisse des cours du pétrole tient au fait que, dans de nombreux pays (dont la France, NDLR), les prix de carburant appliqués par les transporteurs font l’objet de clauses d’indexation", relève Yann Lacroix.
Les résultats du mode dépendent davantage des situations nationales et de l’évolution de leurs autres coûts de revient, notamment salariaux, première charge en Europe à hauteur de 29 % en moyenne. S’agissant de la France, l’obligation à compter du 1er juillet 2016 de payer au SMIC les conducteurs routiers étrangers cabotant ou effectuant des transports sur le sol national, hors transit, pourrait changer la donne estime Euler Hermes. Au-delà, l’offre routière continue de payer le prix fort de sa fragmentation : "Elle se compose avant tout de PME qui, n’ayant guère de poids dans la fixation des tarifs, affichent une rentabilité limitée".

L’aérien retrouve ses marges

Comparé au maritime et à la route, l’aérien tranche par ses perspectives positives, dans le passager en particulier, "grand gagnant de la baisse du prix du pétrole", selon l’assureur-crédit, le mode a doublé ses bénéfices en 2015 et ceux-ci devraient encore augmenter de 10 % cette année. Fret compris, mais dans une moindre mesure, le secteur profite aussi d’une reprise de ses trafics. Une hausse de 6 % du nombre de passagers est ainsi attendue en 2016.
Dans le même temps, "les coûts de revient resteront limités dans un contexte de faiblesse durable des prix du pétrole qui a permis une réduction de 20 % de la facture kérosène l’an passé", souligne Yann Lacroix. L’augmentation des profits est jugée "impressionnante" en Amérique du Nord, où la marge bénéficiaire nette a atteint 9,5 % en 2015, mais reste modérée en Europe à hauteur de 3,5 %. Cette différence est en partie expliquée par des restructurations menées au sein des compagnies nord-américaines "qui leur permettent aujourd’hui d’afficher des coefficients d’occupation très solides".

Turbulences sur les marchés émergents
Selon Euler Hermes, les marchés émergents ont connu en 2015 un nombre sans précédent de dégradations des notes de risques (122) et peu de révisions à la hausse. Les révisions à la baisse ont été particulièrement nombreuses en Afrique et au Moyen-Orient (39), ainsi qu’en Amérique latine (34).
Le Brésil par exemple "est dans une situation particulièrement difficile, le risque d’impayés étant jugé significatif ou élevé dans 15 secteurs sur 18". En comparaison, l’Europe occidentale, avec 24 révisions de notes à la hausse, contribue à équilibrer le profil de risque mondial. Tous marchés confondus, selon l’assureur-crédit, les fusions-acquisitions dépasseront de nouveau les 4.000 milliards de dollars cette année, leur nombre augmentant de 10 % à 20.000 transactions.

Érick Demangeon

Mercredi 11 Mai 2016



Lu 815 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse