Euromaritime : une politique maritime intégrée à concrétiser


La sortie de crise passera-t-elle par l'économie maritime ? De l'exploitation des ressources marines aux industries de transformation en passant par les infrastructures, la construction navale et les services associés, l'ensemble de ses marchés sont en croissance. Pour saisir ses opportunités, les acteurs économiques encouragent l'Union européenne à définir une véritable politique maritime intégrée.


Frédéric Moncany de Saint-Aignan (président du Cluster maritime français), Gesine Meissner (eurodéputée), Karmenu Vella (commissaire européen à l'Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche), Alain Vidalies (secrétaire d'État aux Transports, à la Mer et à la Pêche) et Francis Vallat (président d'Euromaritime), aux côtés d'élèves officiers de l'ENSM © MEDDE
Frédéric Moncany de Saint-Aignan (président du Cluster maritime français), Gesine Meissner (eurodéputée), Karmenu Vella (commissaire européen à l'Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche), Alain Vidalies (secrétaire d'État aux Transports, à la Mer et à la Pêche) et Francis Vallat (président d'Euromaritime), aux côtés d'élèves officiers de l'ENSM © MEDDE
Deux grands messages ont marqué l'ouverture du salon Euromaritime Porte de Versailles, à Paris, le 3 février. Le premier concerne la politique maritime intégrée à l'échelle de l'Europe initiée dès 2007 par la Déclaration de Limassol. Mais force est de constater que sa mise en œuvre est depuis toujours au stade de projet, reconnaissent Karmenu Vella, commissaire européen à l'Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche, et Gesine Meissner, députée européenne.

"Un chiffre d'affaires global de 1.500 milliards d'euros"


"Si l'Union européenne est une puissance maritime sur la papier dans la plupart de ses domaines grâce à ses États membres, il faut qu'elle devienne plus qu'un tigre de papier", a déclaré Francis Vallat président du salon. En qualité de président du réseau européen des clusters maritimes, ce dernier s'est donc fixé pour objectif de fédérer les énergies pour renforcer le rôle de l'Europe dans le concert mondial des nations maritimes et concrétiser le cap défini à Limassol. Pour ce faire, "nous avons besoin de toute urgence de deux outils : une base de données maritimes européenne qui recense le poids économique et social réel de la filière, et une organisation maritime réellement transversale". De nature à accélérer la mise en œuvre de cette politique maritime intégrée, le deuxième message concerne les tendances et perspectives de la filière.

Quatre grands marchés

Selon Antoine Rabain, de la société de conseil Indicta, "l'ensemble des activités maritimes sont en croissance avec des taux de 2 à 25 %" ! L'économie maritime consoliderait un chiffre d'affaires de l'ordre de 1.500 milliards d'euros, soit 3 % du PIB mondial autour de quatre grands marchés : les ressources naturelles avec l'industrie pétrolière et gazière pour moteur et les énergies renouvelables pour relais, les infrastructures – ports, construction navale, industries de transformation – et les activités de support telles que la logistique, le transport maritime ou les assurances. À l'intérieur du quatrième marché, estimé à près de 500 milliards d'euros, le transport maritime sous toutes ses formes représenterait 50 %, et les services portuaires près de 3 %.
La course au gigantisme caractérise l'évolution des infrastructures et, en particulier la construction navale, systèmes immergés inclus comme la robotique. Dans le domaine des industries de transformation, un transfert vers le maritime est constaté à travers notamment le développement des navires-usines. Pour Antoine Rabain, le pôle "Services" en tant que support aux autres marchés est appelé à connaître la plus forte progression. Un constat justifié par l'expression de nouveaux besoins liés à "l'éloignement des grands projets industriels maritimes des côtes, l'augmentation des profondeurs et des conditions d'exploitation dans des environnements de plus en plus difficiles et extrêmes à l'image de l'Arctique".

Des règles à (faire) respecter

Face à ces perspectives, l'accent est mis sur deux aspects de la future politique maritime intégrée : une réflexion sur l'exploitation durable des ressources maritimes et la capacité à régler les conflits en mer. Ici, le renforcement du droit maritime et des instances juridiques internationales est encouragé, ainsi que la capacité de l'Europe à mobiliser des moyens d'intervention et des investissements en faveur d'une marine militaire.

Érick Demangeon

Mercredi 4 Février 2015



Lu 318 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse