Eurotunnel est plombé par My Ferry Link


Eurotunnel a annoncé jeudi 25 juillet avoir plongé dans le rouge au premier semestre, en raison du lancement de sa filiale maritime My Ferry Link, tout en se félicitant de la bonne santé de ses autres activités.


© Éric Houri
© Éric Houri
Le groupe Eurotunnel accuse une perte nette de 18 millions d'euros ce premier semestre, qui s'explique par l'acquisition de My Ferry Link (ex-SeaFrance). L'opérateur maritime transmanche a perdu à lui seul 19 millions depuis ses débuts en août 2012. Cette nouvelle activité mise à part, l'exploitant du tunnel sous la Manche dégage un bénéfice net de 1 million d'euros ce semestre, contre un gain de 5 millions sur la même période en 2012. La marge d'exploitation (Ebitda), indicateur privilégié par le marché, est restée stable à 199 millions d'euros, comme en 2012. Le groupe enregistre également une hausse de son chiffre d'affaires de 10 %, à 509 millions d'euros contre 464 millions l'an dernier. "Dans un environnement hostile et après une année 2012 exceptionnelle, Eurotunnel continue de renforcer ses parts de marché sur l'ensemble de ses activités", a déclaré son PDG, Jacques Gounon.

Progression d'Europorte

Eurotunnel avait largement bénéficié de l'effet "jeux Olympiques" de Londres l'an dernier, notamment sur son cœur de métier : le transport de camions et de véhicules de tourisme par navettes. L'exercice 2013, qui s'annonce plus classique, confirme la rentabilité du tunnel au premier semestre. Le transport de camions connaît une légère chute, compensée par la croissance du trafic véhicules de tourismes. Le rail démontre lui aussi de bons résultats. Le nombre de passagers qui a franchi la Manche via le tunnel augmente de 2 %. L'infrastructure a également accueilli 12 % de trains de marchandises de plus qu'au premier semestre 2012. Europorte, filiale fret du groupe, poursuit également sa progression, portée par la signature de nouveaux contrats. Pour le reste de l'année, le groupe table sur une progression du transport par navettes, grâce à une bonne saison estivale.

"My Ferry Link a perdu 19 millions depuis août 2012"


À plus long terme, l'ouverture des rails à Deutsche Bahn, accordée au printemps, ouvre de nouvelles perspectives à l'exploitant du tunnel. "Le fait que le monopole d'Eurostar disparaisse à l'horizon 2016 redonne un tonus commercial que je salue et que j'apprécie", a expliqué Jacques Gounon. Les relations entre l'exploitant du Tunnel et la compagnie ferroviaire se sont tendues ces dernières semaines. Eurostar réclame une baisse du montant des péages. La Commission européenne a également demandé à la France et au Royaume-Uni de faire baisser les tarifs imposés aux trains pour passer sous la Manche. "Le discours d'Eurostar qui consiste à dire que le péage est trop cher ne tient pas la route", a martelé Jacques Gounon, rappelant que les péages baissent depuis 2005 sans répercussion sur le prix du Paris-Londres. Le groupe travaille "avec les gouvernements français et britannique afin de faire valoir le bien-fondé de sa position".
Eurotunnel se montre également confiant sur le maintien de l'activité de My Ferry Link. L'opérateur maritime a fait appel de la décision du 6 juin de la Commission de la concurrence britannique d'interdire l'exploitation des ferries repris par Eurotunnel au départ du port britannique de Douvres, estimant que le groupe pourrait s'emparer de "plus de la moitié" des liaisons transmanches. "Si d'aventure My Ferry Link était interdit de naviguer, le prix de la traversée pour le client augmentera sensiblement", a prévenu Jacques Gounon, qui ne veut "pas croire" à une confirmation de l'interdiction.

AFP

Jeudi 25 Juillet 2013



Lu 102 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse