FNPD-CGT : propositions pour la relance des ports


Remises au ministre des Transports, Thierry Mariani, le 14 février et exposées devant le Conseil Supérieur de la Marine marchande le 29 mars, «Les mesures pour la relance des ports» de la FNPD-CGT consolident une analyse menée sur le terrain. Illustrée d’exemples pris dans une dizaine de ports, sa présentation mardi 28 février à Montreuil-sous-Bois au siège de la CGT a été l’occasion pour Tony Hautbois, secrétaire général, de revenir sur l’application de la réforme.


© GPMM
© GPMM
Plusieurs mesures évoquées par la FNPD-CGT croisent les conclusions de la Cour des comptes et reçoivent déjà un large consensus dans la communauté portuaire comme «l’urgence des dessertes terrestres» et «le soutien au cabotage maritime». Dans ce cadre, la fédération invite «à réviser le Schéma national des infrastructures de transport (Snit) afin que l’ensemble des ports français, sans exception, puissent se développer».

Tony Hautbois, secrétaire général de la FNPD-CGT © ED
Tony Hautbois, secrétaire général de la FNPD-CGT © ED
Assurant que «la fiabilité sociale est étroitement liée à la qualité du dialogue social», Tony Hautbois insiste en revanche sur la fiabilité technique des outillages. Le secrétaire général s’inquiète en effet «de la capacité de leur renouvellement par les entreprises de manutention dans le futur. Aujourd’hui, nous entendons parler de ferraillage des grues limitant la capacité de développement des ports plutôt que de renouvellement». Appelant les Pouvoirs publics à respecter leurs engagements financiers pour accompagner la réforme et dans le dragage, la fédération plaide pour «la mise en œuvre d’une réelle politique d’investissement en faveur des ports français». Le périmètre étendu de cette politique intégrerait les outillages, selon la fédération, même si ce champ est dévolu au privé depuis la réforme. Elle serait financée par «un pôle de financement public-privé» abondé par les Pouvoirs publics, les collectivités locales, les établissements financiers et les acteurs privés. Pour la porter, «la création d’un ministère chargé de la Politique maritime» est défendue. La plate-forme de propositions de la FNPD-CGT aborde d’autres thèmes : la gouvernance des ports, leur politique commerciale et gestion foncière, la simplification des procédures administratives, douanières et phytosanitaires, la déconstruction et la réparation navale.

Application de la réforme

La rencontre avec le ministre des Transports a été l’occasion pour la fédération de revenir sur l’application de la réforme. Tony Hautbois identifie trois problèmes principaux. Faisant écho au rapport public de la Cour des comptes, il critique les «situations monopolistiques créées dans certains ports comme à Nantes-Saint-Nazaire et La Rochelle qui empêchent quelques manutentionnaires de travailler sur les quais». Les difficultés d’entreprises de manutention suite au transfert de charges fixes ainsi que la mise en œuvre des zones d’accès restreint (ZAR) dans le cadre du code ISPS sont également dénoncées. «Où sont enfin les trafics, les emplois directs et indirects promis ?», interroge le secrétaire général. «L’État doit respecter ses engagements en matière de développement et d’emplois».

«Pour un pôle de financement public-privé dédié aux ports»


À l’heure où la Commission européenne lance une nouvelle réflexion sur la libéralisation des services portuaires (projet de directive Port Package retoqué par deux fois), la FNPD alerte enfin les Pouvoirs publics et les communautés portuaires : «nous n’accepterons aucune remise en cause du périmètre d’intervention de l’ensemble des travailleurs portuaires. Le ministre a entendu notre message et le transmettra à la Commission». À cet égard, la France a déjà notifié aux autorités communautaires son refus d’une nouvelle directive portuaire, une position que la fédération espère pérenne une fois les élections présidentielles passées.

Érick Demangeon

Mercredi 29 Février 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse