Ferroviaire : recréer des points de massification


Le fret ferroviaire suppose des distances minimales et des hubs pour massifier les flux. Deux conditions nécessaires pour relancer l’offre Wagon isolé avec le soutien aux lignes capillaires à fort potentiel et le recours à l’expertise des organisations combinées pour recréer des pôles de massification.


Colloque sur le fret ferroviaire organisé le 28 février par la Cofhuat à Paris © Érick Demangeon
Colloque sur le fret ferroviaire organisé le 28 février par la Cofhuat à Paris © Érick Demangeon
Si le rail dans les transports terrestres de marchandises peine à franchir la barre des 10 % en France, en Europe, sa part s’établit à 18 %. "C’est donc une erreur de penser que la route domine sans partage", déclare Jean-Pierre Loubinoux. Chargé d’introduire le colloque sur le fret ferroviaire organisé le 28 février à Paris par la Confédération française habitat urbanisme aménagement du territoire et environnement (Cofhuat), le directeur général de l’Union internationale des chemins de fer (UIC) souligne plusieurs évolutions récentes : "Le train entier est stable et représente 35 % des flux européens, le wagon isolé 30 % après une baisse ces dix dernières années de près de 50 %, et le combiné 35 % porté par une croissance annuelle de l’ordre de 5 à 6 %. Près de 50 % du fret ferroviaire européen est transfrontalier". Depuis 2007, Jean-Pierre Loubinoux reconnaît en revanche une baisse de 7 % des trafics. "La concurrence dans le fret ferroviaire n’a donc pas atteint ses objectifs", selon Gilles Savary. Le député de la Gironde pointe "l’absence de modèle économique adapté. En témoigne la volonté de Bruxelles de supprimer les compensations financières sur les péages avec le risque d’un report modal inversé du rail vers la route". En témoignent aussi "les difficultés rencontrées en France par les nouveaux opérateurs en dépit d’une part de marché de 40 %".
 
Trafics et usines menacés

Dans ce contexte, Solvay, ArcelorMittal et les carriers via l’Union nationale des producteurs de granulats (UNPG) fixent plusieurs priorités. Tous se rejoignent sur la fiabilité avant la notion de délais, et évoquent les arbitrages en cours avec la route. Ces derniers sont également motivés par la contraction des prestations wagon isolé. "Sur certaines régions, nous n’avons pas d’offre ou, au mieux, un seul opérateur (Fret SNCF via son schéma multi-lots/multi-clients, NDLR)", regrette Pascal Bœuf de Solvay.
S’ajoutent les menaces pensant sur le réseau capillaire et les installations terminales embranchées. Dans le cas de l’UNPG, seules 50 carrières sur 2.700 utilisent le rail. "Ce nombre pourrait augmenter à condition d’élaborer un plan national en faveur du réseau capillaire sur une période d’une trentaine d’années pour correspondre à nos investissements", défend Arnaud Colson, président de l’union.

"Le réseau capillaire est à l’origine de 20 % du fret ferroviaire en France"


À l’origine de 15 trains entiers et jusqu’à 300 wagons isolés par jour, ArcelorMittal dresse le même constat : "Nos flux interusines sont très importants mais, dans les Pays de la Loire ou en Lozère par exemple, il est difficile voire impossible d’y intégrer le rail faute d’offre suffisante". Directeur des transports du sidérurgiste, Arnaud Desmont déplore en outre le manque d’engagement de service pour les trafics transfrontaliers, et s’étonne de l’absence de Fret SNCF au sein du réseau européen wagon isolé X-Rail.

Casser les silos

La mutualisation entre entreprises d’une même filière est l’une des pistes d’amélioration avancée. Dans cet esprit, l’UNPG rappelle l’action de ses membres dans les OFP et la création de Colas Rail. De son côté, Solvay confie de nouvelles collaborations avec Inéos entre la France et l’Italie. Pour récréer des pôles de massification, des synergies entre différentes filières sont également à l’étude entre les carriers et les céréaliers. Cette expertise est d’ailleurs mise en avant par Dominique Denormandie, président du Groupement national des transports combinés…

Érick Demangeon

Lundi 6 Mars 2017



Lu 1763 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers






Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse