Feu vert du Sénat au recyclage des navires


Le gouvernement a fait adopter dans la nuit du 18 au 19 février par le Sénat un amendement transposant en droit français un règlement européen sur le recyclage des navires, à l'occasion de l'examen de la loi sur la transition énergétique.


Encourager la constitution d'une filière du démantèlement des navires © Marine nationale
Encourager la constitution d'une filière du démantèlement des navires © Marine nationale
Il prévoit de punir d'un an d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende le propriétaire de navire qui ne notifie pas au ministre chargé de la mer son intention de recycler le navire. Par ailleurs, le propriétaire de navire qui ne dispose pas à son bord de l'inventaire des matières dangereuses sera puni de la même peine. Ces dispositions ne sont pas applicables aux navires affectés exclusivement à un service public non commercial, aux navires d'une jauge brute inférieure à 500, ou aux navires exploités pendant toute leur vie dans des eaux relevant de la souveraineté ou de la juridiction française.
"Cela fait une décennie qu'on parle de créer une telle filière chez nous", a commenté Ronan Dantec (écologiste). "Le groupe écologiste brestois s'est battu pour cela, pour éviter l'exportation des navires dangereux pour l'environnement et pour créer une telle filière à Brest".
Le Sénat a ensuite décidé qu'à compter du 1er janvier 2017, les personnes qui mettent sur le marché à titre professionnel des navires de plaisance ou de sport seront tenues de contribuer à son recyclage. Les modalités d’application seront fixées par décret en Conseil d’État. "Cet amendement vise à résoudre le problème de la gestion des bateaux de plaisance en fin de vie et qui font souvent l'objet d'abandon par leur propriétaire, faute d'une filière et d'un financement adaptés", a dit Ronan Dantec.

"Croissance bleue"

"Il s'agit d'encourager la constitution d'une filière du démantèlement des navires, qui doit être financée. Il y a là un gisement d'activités et d'emplois, la «croissance bleue». Structurons cette filière de demain!". "Nous avons un problème avec les épaves de bateau de plaisance, c'est sûr", a reconnu le rapporteur Louis Nègre (UMP). "Il faut avancer, mais en évitant une taxe supplémentaire".
Le Sénat a par ailleurs inscrit la définition de l'obsolescence programmée dans le code de la consommation et son contrôle par la DGCCRF, suivant ainsi l'exemple de l'Assemblée nationale. Le projet de loi, déjà adopté par l'Assemblée, est examiné au Sénat jusqu'au 19 février. Il fera l'objet d'un vote solennel le 3 mars.

AFP

Mercredi 18 Février 2015



Lu 101 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse