Feuille de route de la nouvelle présidence d'Armateurs de France


Plus-value de cession de navires, rôle de la BPI dans le shipping, protection privée embarquée, réforme de la loi de 1992... Armateurs de France a plusieurs fers au feu. Au service de l'emploi et de l'investissement, la présidence de Raymond Vidil a permis des avancées significatives sur ces dossiers transmis aujourd'hui à Gildas Maire.


Gildas Maire, président d'Armateurs de France © Armateurs de France
Gildas Maire, président d'Armateurs de France © Armateurs de France
Le temps de l'économie n'est pas celui du politique. Bien connu, ce constat conclut en partie les travaux de l'assemblée générale d'Armateurs de France qui a vu l'élection de Gildas Maire. Si la taxe au tonnage est pérennisée sur la base de nouveaux critères d'éligibilité, l'abattement sous conditions des plus-values de cession de navires "n'a toujours pas été notifié à Bruxelles", alerte le nouveau président. Quel que soit le mode d'acquisition initial du navire, il doit permettre aux armateurs de réemployer l'économie réalisée dans de nouveaux moyens de production. À l'heure où l'État cherche à relancer l'investissement, les armateurs lui demandent aussi d'inciter la Banque publique d'investissement "à mettre en place des solutions alternatives au financement classique bancaire : garantie, marché obligataire, assurance, etc. Ces propositions tardent à se concrétiser du fait de la frilosité de la BPI qui met en avant son manque d'expertise dans le maritime". Un moyen également de relayer un tissu bancaire national qui, malgré des positions mondiales historiques fortes (jusqu'à 10 % de parts de marché il y a quelques années) s'est détourné du shipping, et/ou "impose des conditions de fonds propres difficiles voire impossibles à satisfaire par les PME".

Accélérer le travail législatif

Le mandat de Gilles Maire sera placé sous le signe de la compétitivité du pavillon et des marins français. Le nouveau président s'attellera à finaliser d'autres chantiers lancés par Raymond Vidil. À commencer par la réforme de la loi du 31 décembre 1992 sur les approvisionnements énergétiques. Reprise dans l'article 16 bis du projet de loi sur la transition énergétique en cours d'examen au Parlement, "ici encore, nous craignons un enlisement et il faut avancer au plus vite avec les acteurs concernés". Dans l'espoir d'aboutir d'ici l'été, un projet de décret d'application est sur la table, confie Éric Banel, délégué général d'Armateurs de France.

"La BPI doit faciliter les investissements dans le shipping"


En dépit d'un cadre législatif achevé, le droit d'embarquer des équipes de protection privées à bord des navires n'est toujours pas non plus entré en vigueur : "Les entreprises concernées attendent leur autorisation. Nous imaginons qu'un certificat de qualité et de sérieux, sorte de "vetting", leur sera en outre donné par la République française", ajoute Gildas Maire. Discret sur les dossiers SNCM et MyFerryLink, le président s'interroge en revanche sur les suites données à la réforme de l'École nationale supérieure maritime. Il réagit à la création de filières d'ingénieurs paramaritimes :  "Attention de ne pas perdre de vue que les armateurs ont besoin avant tout de navigants. Il est donc essentiel qu'ils soit consultés mais surtout écoutés par l'administration et la direction actuelle. Ne modifions pas ce qui semble donner satisfaction à la profession".

Approches internationales

Encourageant le député Arnaud Leroy dans son projet de grande loi maritime étendue aux carburants alternatifs et aux énergies marines renouvelables, les armements s'associent enfin aux travaux préparatoires de la Cop21. Favorables à un volet maritime lors de cette conférence, ils en profitent pour mettre en garde contre "des mesures locales, françaises ou d'autres États. Le maritime est mondialisé. Les mesures doivent être internationales". Une mobilisation globale est souhaitée également pour trouver des solutions de sécurité, sanitaires voire alimentaires face à l'afflux de migrants auxquels sont de plus en plus confrontés les armateurs, en Méditerranée en particulier.

Érick Demangeon

Mercredi 8 Avril 2015



Lu 552 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse