Fin du blocage du port du Havre après une journée de protestation



Les dockers et ouvriers portuaires ont cessé le travail mercredi 31 août au Havre © Haropa
Les dockers et ouvriers portuaires ont cessé le travail mercredi 31 août au Havre © Haropa
L'activité a repris mercredi 31 août au soir au port du Havre, le deuxième de France, bloqué toute la journée par une grève surprise de la CGT pour protester contre l'interpellation dans la matinée de deux dockers, poursuivis pour des violences lors d'une manifestation parisienne. Les deux dockers "ont été relâchés vers 19 h 15 après toute une journée de garde à vue à Paris et le mouvement a été suspendu", a affirmé le secrétaire général adjoint de la fédération CGT des ports et docks, Anthony Tétard. Les deux dockers ont reçu à la fin de leur garde à vue une convocation pour le 25 novembre au tribunal correctionnel de Paris pour "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique", a indiqué une source judiciaire.
L'interpellation des deux dockers, à leur domicile havrais, par des policiers parisiens, a été vécue par la CGT, syndicat unique des dockers, comme une provocation, survenant le jour de la venue de son secrétaire général, Philippe Martinez, dans la cité portuaire. Dès que la nouvelle de l'interpellation a été connue, les dockers et ouvriers portuaires ont cessé le travail, stoppant de facto l'activité du port.
Les porte-conteneurs déjà dans le port ont cessé d'être chargés ou déchargés, et ceux qui arrivaient ont été détournés vers d'autres ports. La liaison matinale du ferry Le Havre-Portsmouth a été supprimée mais celle de 17 heures a eu lieu. Un paquebot qui avait fait escale au Havre a pu appareiller dans la soirée. En plus des arrêts de travail, des dockers ont fait brûler des pneus en différents endroits de la ville, notamment devant le siège du Grand Port maritime du Havre (GPMH).

La "capitale de la grève" contre la loi travail

Cette action de la CGT est une réponse de grande ampleur à l'interpellation des deux dockers havrais pour des violences commises le 14 juin à Paris, au cours de la manifestation nationale contre la loi travail de la ministre Myriam El Khomri. "Le gouvernement joue la terreur et nous résistons", a tweeté la centrale syndicale. "C'est proprement scandaleux", a réagi Philippe Martinez sur France 3 Normandie, qualifiant l'interpellation d'"attitude revancharde". "Ce n'est pas un hasard, je pense, si mes camarades ont été interpellés ce matin alors que tout le monde savait qu'il y avait une assemblée générale de rentrée de l'Union départementale (de Seine-Maritime, NDLR) et que j'y participais", a ajouté le leader cégétiste.
Parmi les deux personnes interpellées, figure un militant CGT de 33 ans, jugé par le tribunal correctionnel de Paris le 27 juillet pour des faits de violences. Le docker avait été relaxé pour des faits de jets de projectiles sur les forces de l’ordre mais condamné à un mois d’emprisonnement avec sursis pour s’être rebellé lors de son interpellation, le 14 juin.
Le Havre avait été surnommé par certains "capitale de la grève" pendant la série de mouvements sociaux du printemps contre la loi travail, les dockers CGT étant souvent à la pointe des actions. Mais les milieux économiques ont déploré les pertes importantes subies par les entreprises industrielles et pétrolières et par le port lui-même qui a perdu des clients aussi bien pour le transport de marchandises, que pour les paquebots de tourisme. Le président de l'Union maritime et portuaire (Umep), Michel Segain, représentant les entreprises maritimes présentes sur les terminaux, avait eu des mots assez durs contre la CGT. Il avait sollicité une entrevue avec Philippe Martinez mais ce dernier a refusé.

La FNPD-CGT participera à la mobilisation du 15 septembre

Jeudi 1er septembre, la Fédération nationale des ports et docks (FNPD) CGT s'est félicitée de la libération (la veille) des deux camarades qui ont pu rejoindre leurs familles alors qu'ils étaient sous la menace d'une garde à vue prolongée et d'une éventuelle mise en examen immédiate. L'organisation syndicale a souligné que les affrontement du mois de juin étaient "de l'entière responsabilité des forces de l'ordre". Elle a ajouté que l'arrêt de travail qui a bloqué le port le 31 août était "une réaction de légitime défense et de solidarité qui aurait été étendue nationalement si les deux dockers n'avaient pas été libérés". La FNPD a indiqué que, à l'appel de la confédération, elle réunira ses instances dans les prochains jours "afin de décider collectivement de notre niveau de participation à la mobilisation du 15 septembre prochain pour l'abrogation de la loi travail".

Hervé Lionnet

Jeudi 1 Septembre 2016



Lu 408 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse