Fixer un cap à la politique fluviale de la France


Lors de sa dernière intervention en tant que président du Comité Provoideau, Jean-François Dalaise appelle les pouvoirs publics à donner un sens à la politique des transports, fluviale en particulier. Mesures immédiates pour répondre à la crise que traverse la filière et calendrier réaliste pour l'aménagement ainsi que l'entretien du réseau sont deux piliers de cette feuille de route attendue.


Jean-François Dalaise
Jean-François Dalaise
S'interrogeant sur l'avenir des orientations fixées lors du Grenelle de l'environnement, Jean-François Dalaise insiste sur la nécessité "de sanctuariser ses acquis et ses objectifs" à travers plusieurs mesures. Trois sont jugées "urgentes" dont "la mutualisation des Terminal Handling Charges dans les ports français, et le rétablissement du montant de l'aide à la pince tel qu'il devait s'appliquer en 2013".

Didier Léandri
Didier Léandri
Sur un autre registre, Provoideau rappelle l'engagement financier jusqu'à 40 % de l'Europe au projet Seine-Nord Europe "pour autant que l'État français sollicite officiellement la Commission sur la base d'engagements fermes quant à sa réalisation et à son calendrier". Sans oublier d'autres opérations ayant vocation à bénéficier aussi de financements communautaires dont "les dessertes fluviales des ports maritimes, les goulets d'étranglement et prolongements nationaux des liaisons européennes, et l'équipement des ports intérieurs". Dans ce cadre, le comité propose de "resserrer le champ des priorités, achever les "coups partis" selon un calendrier annoncé et respecté, et privilégier les opérations les mieux à même et dans les délais les plus courts à soutenir et à développer l'industrie fluviale".

Dessertes des ports maritimes

Sur cette base, "l'entretien d'un réseau réduit selon une classification de ses usages reconnus comme prioritaires" est défendu. Soit "les voies à grand gabarit, de rabattement à forts trafics, et les liaisons interbassins au gabarit Freycinet les plus fréquentées". Avec les CPER 2014-2020 comme outils, la desserte fluviale des ports maritimes est privilégiée. "Si la desserte directe de Fos 2XL est en passe d'être débloquée, notre comité émet les plus grands doutes sur la capacité du chantier multimodal à réduire pour le fluvial les coûts actuels de manutention" au Havre. Aussi, Jean-François Dalaise demande-t-il "l'achèvement d'ici l'automne prochain des études techniques en cours sur la chatière" de même que "l'engagement sur la même période de réflexions et négociations pour bâtir la maquette de financement du projet" estimé à 100 millions d'euros.

"Sanctuariser les acquis et les objectifs du Grenelle de l'environnement"


Au titre des "coups partis", le président cite l'aménagement au grand gabarit du canal du Rhône à Sète et, sur la Seine, le tronçon de Bray à Nogent. Encourageant enfin la poursuite de la mise en réseau des ports maritimes et intérieurs à l'image de Haropa, Medlink Ports ou de North Gateway, Provoideau insiste sur une gestion d'ensemble du projet d'Achères dont le débat public à partir d'octobre est pour l'heure circonscrit à sa partie Ouest dévolue à la filière BTP.

Changer de méthode

À plus long terme, Provoideau préconise une inflexion de méthode et de stratégie pour l'instruction et la réalisation de la liaison Saône-Moselle/Saône-Rhin en privilégiant une approche par étapes. Prévue à l'automne, la première sera  la remise par Voies navigables de France, de toutes les études techniques et socio-économiques conduites sur le projet.

Didier Léandri succède à Jean-François Dalaise

Nouveau mandat pour Didier Léandri, président du Comité des armateurs fluviaux, élu à la tête de Provoideau qui rassemble depuis 1972 les acteurs publics et privés de la voie d'eau. Succédant à Jean-François Dalaise, il s'appuie sur une nouvelle gouvernance entérinée en juillet. Présidé par Didier Léandri, le conseil d'administration de Provoideau se compose désormais de René Beaumont (vice-président), de l'association Seine-Moselle-Rhône, Bernard Bentz (secrétaire), du Consortium pour les voies navigables de l'Est et du Sud-Est, et de Christian Rose (trésorier) de l'AUTF.

Érick Demangeon

Jeudi 4 Septembre 2014



Lu 684 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse