Fort-de-France a retrouvé le chemin de la croissance


Avec une croissance de 23 % par rapport à 2013, nombreux sont les indicateurs qui sont revenus au vert pour le Grand Port maritime de la Martinique en 2014. Un port antillais qui revendique un équilibre des flux grâce au pétrole produit par la Sara et aux bananes à l'export.


© Eric Houri
© Eric Houri
Entre vracs, marchandises diverses et passagers, Jean-Rémy Villageois, le président du directoire du Grand Port maritime de la Martinique, aborde l'année 2015 sereinement. Si le port a achevé l'année 2014 sur un trafic global de 3,5 millions de tonnes, c'est tout d'abord aux vracs liquides qu'il doit cette hausse de 23 %.

Jean-Rémy Villageois, président du directoire du Grand Port maritime de la Martinique © Michel André
Jean-Rémy Villageois, président du directoire du Grand Port maritime de la Martinique © Michel André
Le pétrole brut a progressé de près de 30 % (29 %), pour s'établir à 637.000 tonnes. Pour le dirigeant du port, cette reprise est due à un effet conjoncturel mais surtout au fait que l'année 2013 avait été marquée par l'arrêt technique de la Sara (la Société anonyme de la raffinerie des Antilles, située au Lamentin). "2014 en matière de pétrole a constitué une année pleine. Le port n'y est donc pour rien", indique-t-il. Il explique que le Grand Port maritime a intégré dans ses chiffres, dès le mois de mai 2014, la centrale thermique de Bellefontaine.
Du côté des vracs solides, la progression est moins spectaculaire mais elle s'est élevée à 10 %. Le trafic est passé de 218.000 tonnes en 2013 à 239.400 tonnes l'an dernier. Le président du directoire du port mentionne une hausse constante des engrais depuis 2012. "C'est la première fois que nous constatons une progression pendant quatre années consécutives", constate-t-il. Quant au clincker, il estime qu'il est remonté de 4 % après avoir connu "un plus bas" en 2013.
Enfin, les marchandises diverses, filière très convoitée de la communauté portuaire martiniquaise comme dans nombre d'autres ports, ont connu un bond de 20 %, atteignant 1,7 Mt. À eux seuls, les conteneurs ont progressé de 24 % en termes de tonnage. En nombre d'EVP, Jean-Rémy Villageois observe une hausse 17 % du trafic, à 172.000 EVP. Le nombre de boîtes pleines, détaille-t-il, a augmenté de 21 %, passant en un an de 101.000 à 122.000 EVP.

Bonne récolte pour la banane

"Dans le secteur du conteneur, nous avons une stratégie maîtrisée, poursuit-il. On se tourne vers la Caraïbe et l'Amérique du Sud". Il explique que l'Europe du Nord et la Méditerranée sont les principaux partenaires de la Martinique. Il attribue la hausse du nombre d'EVP pour 2014 à l'axe Europe-Caraïbe, l'Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Surinam, Venezuela et Colombie).

"Un projet stratégique construit autour de quatre axes"


En ce qui concerne la banane, filière spécifique aux Antilles, les Martiniquais ont enregistré en 2014 une bonne récolte. Jean-Rémy Villageois rappelle que l'année précédente avait été marquée par une tempête dont avait souffert ce trafic. En 2014, cette activité (tournée vers l'export uniquement) a progressé de 23 % pour atteindre 19.000 tonnes.
De son côté, le trafic de transbordement a réalisé un bond de 87 % pour dépasser 36.000 EVP. Cette activité, qui représente 20 % du conteneur, est "notre seul relais de croissance", selon Jean Rémy-Villageois. Bien qu'important pour le Sud de la Caraïbe, il estime toutefois que la Martinique n'a pas la prétention de devenir un "hub" aux Antilles. "Nous laissons cela au Nord de la Caraïbe".
Mais il reconnaît que la croissance constatée ces dernières années en matière de transbordement donne envie de poursuivre la stratégie engagée.
Quant au ro-ro, lié au trafic inter-îles, il a diminué de 6 % pour s'établir à 76.600 remorques. En revanche, le transport de voitures a augmenté de 5 %.
Bien qu'insulaire, le marché des Antilles demeure équilibré, constate Jean-Rémy Villageois, en raison de la banane et du pétrole qui sort de la "Sara" à destination de la Guadeloupe.
Enfin, le trafic passager a progressé de 42 % pour atteindre 370.000 voyageurs en 2014 dont 254.000 croisiéristes, en hausse de 62 % par rapport à 2013.
Le dirigeant du Grand Port maritime relève une forte hausse de la croisière en transit et constate une "relative stabilité" (+ 9 %) des croisières basées au port (croisières têtes de lignes, NDLR).

Poursuite des investissements en 2015

En matière d'investissement, il indique que l'établissement portuaire poursuivra cette année les travaux engagés consistant au développement de l'espace d'embarquement pour les passagers au quai des Tourelles. Le GPM prévoit également une revitalisation de la zone.
Quant au terminal de la Pointe des Grives, les travaux d'allongement devraient être achevés en 2016. Jean-Rémy Villageois souligne que le projet a été retardé d'un an pour tenir compte des préoccupations des écologistes. "Nous avons trouvé des solutions qui requièrent moins de travaux de dragage et pas de remblai hydraulique. Le résultat géotechnique a été salué par les écologistes". Les marchandises, l'énergie, la croisière et l'industrie sont les quatre axes prioritaires du premier projet stratégique (2014-2018) du Grand Port maritime.

Vincent Calabrèse

Mardi 24 Février 2015



Lu 329 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse