Fret aérien : le Livre blanc amer des chargeurs


Dans son Livre blanc "Airfreight 2020 and Beyond", l'ESC appelle les commissionnaires de transport mais aussi les agents de handling, les compagnies aériennes et les transporteurs routiers à rehausser leur qualité de service. Transparence des informations, gestion de la sûreté et des surcharges alimentent les insatisfactions.


Les souhaits des chargeurs ont été peu satisfaits depuis 20 ans, en matière de fret aérien ©Emirates Sky Cargo
Les souhaits des chargeurs ont été peu satisfaits depuis 20 ans, en matière de fret aérien ©Emirates Sky Cargo
Vingt ans après le premier Livre blanc sur le fret aérien publié par les chargeurs européens, via l'European Shippers' Council, les attentes formulées sont toujours aussi fortes... voire identiques. Comparés aux services des intégrateurs expressistes, ceux des transitaires disposent à leurs yeux d'importantes marges de progrès. Le fret aérien, qui ne constitue que 0,5 % des échanges mondiaux en tonnage, représente 35 % en valeur. Bien que salué, le développement de standards qualité à partir des années 90 via la plateforme Cargo 2000 est jugé insuffisant. Le manque de transparence et de fiabilité des données sont critiqués, et les déploiements trop lents. Aussi, l'ESC interpelle-t-il l'ensemble de la chaîne du fret aérien pour que ces standards soient adoptés avant 2020. En clair, aller plus loin que l'e-Air Way Bill (lettre de transport aérien électronique) centrée sur la relation transitaire-transitaire et transitaire-compagnie aérienne, pour privilégier une dématérialisation complète de tous les documents accompagnant une expédition. Au moyen d'EDI mais aussi de messages XML et d'accès web, les chargeurs demandent à être mieux intégrés dans la boucle, et exigent des commissionnaires de transport des démarches qui vont au-delà de la seule compilation de données.

Fluidifier les opérations

En matière de sûreté-sécurité, l'ESC s'oppose au 100 % scanning et screening. Ses membres se déclarent prêts à s'investir davantage dans les procédures, quitte à les réaliser eux mêmes dans certains cas. Autre sujet de tension, les différences entre pays sur l'application des règles ainsi que le manque de reconnaissance mutuelle entre régions continentales voire entre pays d'une même zone économique. S'agissant du certificat d'Opérateur économique agréé, aucune amélioration n'est constatée dans la relation de confiance nouée avec les administrations douanières. Pour lutter contre ces difficultés, réduire les doubles contrôles et pertes de temps associées, l'OACI et l'OMD sont présentées comme les structures internationales qualifiées. En passe d'être résolu en France, l'ESC dénonce également les monopoles d'accès aux Cargo Community System (CCS) aéroportuaires.

"Plus de transparence sur les surcharges à défaut d'une intégration dans les taux de fret"


Point sensible du Livre blanc, les surcharges et taxes diverses appliquées au fret aérien sont considérées comme un moyen d'améliorer les marges des opérateurs sur toute la chaîne (sic). Au goût des chargeurs, elles ne reflètent ou n'intègrent pas toujours les évolutions observées sur le carburant, les distances parcourues, les taux de change ou les types d'avions utilisés. Ils plaident du coup pour plus de transparence en la matière, à défaut d'une intégration pure et simple dans les taux de fret. La surcharge sûreté est particulièrement critiquée car incomprise en raison des investissements consentis pour devenir OEA ou "Chargeur connu".

Baisse des émissions de GES

Favorable aux politiques de libéralisation du ciel et d'ouverture des droits de trafics en Europe vers des compagnies de pays tiers, l'ESC rappelle les objectifs d'Iata d'améliorer la compétitivité et les délais d'acheminement de bout en bout. Sous l'égide de l'OACI, un effort particulier en matière d'émissions de gaz à effet de serre est enfin attendu à travers une croissance neutre des rejets d'ici 2020, et une réduction de 50 % en 2050.

Érick Demangeon

Vendredi 3 Octobre 2014



Lu 713 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:12 Fort rebond du fret aérien mondial en octobre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse