Fret ferroviaire : «une absence de volonté politique»


La CFDT-cheminots a dénoncé lundi 13 février "l'absence de volonté politique" de développer le transport de marchandises par rail, après le rapport de la Cour des comptes soulignant la fragilité du modèle des autoroutes ferroviaires et les conséquences de l'arrivée de camions de 44 tonnes.


© RFF/Capa/Frédéric Christophorides (Toma)
© RFF/Capa/Frédéric Christophorides (Toma)
La CFDT-cheminots déclare que "l'avis de la Cour des comptes sur les autoroutes ferroviaires en France révèle l'absence d'une réelle volonté politique de développer le fret ferroviaire dans l'Hexagone". Dans son rapport 2012 publié la semaine dernière, la Cour estime que les deux autoroutes ferroviaires françaises (France-Italie et Perpignan-Luxembourg) n'ont pas fait la preuve de leur efficacité. Les deux axes "ne sont actuellement pas rentables", a-t-elle noté, en soulignant aussi que "le service, qui met en évidence les limites actuelles du système ferroviaire national, n'a pas encore fait la démonstration du niveau de fiabilité attendu par les transporteurs et leurs clients". Le développement des autoroutes ferroviaires faisait partie du plan de relance du fret annoncé en 2009 par la SNCF et qui devait s'accompagner d'investissements d'un milliard d'euros d'ici 2015.
La CFDT note aussi que la Cour des comptes estime que "le passage de 40 à 44 tonnes du poids total roulant autorisé du transport routier va à l'encontre de la politique prônant l'essor des autoroutes ferroviaires". Cette autorisation sera effective en 2014 pour les véhicules neufs. Selon le syndicat, "l’État doit prendre ses responsabilités pour mettre réellement en œuvre le Grenelle de l'environnement". Récemment, la CGT-cheminots avait alerté sur la situation "catastrophique" du fret ferroviaire, indiquant que sa part dans le transport total de marchandises en France baisse au lieu de grimper pour aller dans le sens des objectifs du Grenelle de l'environnement. Selon la CGT, elle est tombée à 8,8 % en 2010, contre 30 % en 1984 et 16,6 % en 2000. Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, l'objectif était de faire passer le fret ferroviaire à 25 % d'ici 2022.

AFP

Mardi 14 Février 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse