Front commun entre TLF et la FNTR sur le routier


Au prix d'une restructuration interne, l'Union TLF a redimensionné son organisation tout en préservant sa représentation multi-métiers dans les transports et la logistique. Le rapprochement avec la FNTR pour les activités routières sera décliné en régions au second semestre 2014 et début 2015.


Yves Fargues, président de l'Union TLF, et Jean-Paul Deneuville, conseiller de Jean-Christophe Pic, président de la FNTR © Union TLF
Yves Fargues, président de l'Union TLF, et Jean-Paul Deneuville, conseiller de Jean-Christophe Pic, président de la FNTR © Union TLF
Sous la présidence d'Yves Fargues depuis le 16 mai 2013, l'Union TLF poursuit sa mutation. "La première étape a consisté à redresser nos comptes financiers exsangues", reconnaît-il. Cotisation exceptionnelle des syndicats adhérents et plan de réduction des coûts au siège comme en régions ont été les deux principaux leviers de cette restructuration interne. "Aujourd'hui achevée, l'Union TLF a préservé sa spécificité et sa cohérence multi-métiers" autour de l'overseas, la logistique, le multimodal, la route mais aussi la location de véhicules, les transports légers, la messagerie, l'express et le levage. En parallèle, "la mise en convergence avec d'autres organisations patronales" et plus particulièrement la FNTR a été actée. Au plan national, elle s'est traduite par le retour de TLF au sein de l'Union des fédérations de transport (UFT) et du Comité de liaison du transport et de la logistique (CLTL), et par l'adhésion de la FNTR au Groupement interprofessionnel du transport et de la logistique (GITL) du Medef.

Positions communes jusqu'où ?

À l'origine de quelques départs dans les deux camps, le rapprochement entre TLF et la FNTR s'est concrétisé également à travers l'établissement d'une plateforme commune de propositions dans le transport routier. Appelée à recevoir des retouches régulières, elle cible la compétitivité et l'harmonisation européenne du mode. Les deux organisations professionnelles communiquent désormais ensemble sur les questions routières et, lorsque c'est possible, lors d'auditions auprès des pouvoirs publics et du Parlement ainsi que pour les négociations paritaires. "Notre volonté est de parler d'une seule voix et de reconstruire un front patronal unique". Pour le péage transit poids lourds par exemple, TLF et FNTR interpellent l'État pour en connaître les modalités précises d'application, et pour que la profession soit consultée.

"Il n'y aura pas de fusion entre TLF et la FNTR"


Et si la FNTR par la voix de Jean-Paul Deneuville ne s'arcboute pas sur le principe de la majoration forfaitaire, elle prévient néanmoins que la taxe, quel que soit son nom, ne devra pas être supportée par les transporteurs ; un message à l'attention des donneurs d'ordres qu'ils soient industriels, distributeurs et... grands organisateurs et affréteurs de transports terrestres membres de TLF.  Quant à la mise en œuvre du compte pénibilité, même reporté d'un an au 1er janvier 2016, les deux organisations sont vent debout pour dénoncer la complexité du dispositif, pour les PME et TPE en particulier.

Approche régionale

Le point d'orgue de cette convergence dans les métiers de la route sera la création d'une Maison du transport à Paris début 2015. Alors qu'Yves Fargues et Jean-Paul Deneuville excluent toute fusion, au plan régional, le rapprochement entre TLF et FNTR franchira une nouvelle étape au second semestre 2014. "Elle consiste à mutualiser nos ressources pour réduire nos coûts respectifs et renforcer nos services et conseils de proximité à nos adhérents", expliquent-ils. Seront ainsi créés des "Centres de liaison régionaux" communs aux deux organisations dont les présidences seront confiées à l'une ou à l'autre, voire partagées. Au lendemain de sa restructuration interne qui a eu notamment pour effet de réduire son maillage géographique, l'Union TLF devrait préserver ainsi une présence locale forte à travers le dense réseau régional et départemental de la FNTR. "Nos adhérents sont ainsi assurés d'une continuité de services", déclare Yves Fargues.

Érick Demangeon

Jeudi 3 Juillet 2014



Lu 593 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse