GNTC : des positions claires sont attendues


La présence de Frédéric Cuvillier mardi 16 octobre à Paris à l'assemblée générale du GNTC a été saluée, mais n'a pas suffi à lever les incertitudes qui pèsent sur le transport combiné. Sur fond de dégradation de la qualité des sillons, les rails-routiers attendent des positions claires sur la taxe poids lourd, l'aide "au coup de pince" et l'accès aux terminaux.


© RFF/Gwenaël Saliou
© RFF/Gwenaël Saliou
Si une solution semble avoir été trouvée pour Novatrans, Gérard Perrin a interpellé Frédéric Cuvillier sur plusieurs dossiers en suspens dans le combiné. À l'exception de la taxe poids lourds, le ministre délégué aux Transports n'a apporté aucune réponse concrète laissant l'assistance dans un flou complet sur les futures orientations des pouvoirs publics ! Sur la taxe poids lourd, Frédéric Cuvillier s'engage "seulement" à prendre en compte, dans le prochain décret sur les modalités de sa répercussion, les pré et post-acheminements dans le cadre d'un transport combiné. Le Groupement national du transport combiné (GNTC) réclame une exonération.

GNTC : des positions claires sont attendues
Il l'a également sensibilisé sur le maintien de l'aide "au coup de pince" pour la période 2013-2015, et appelle les pouvoirs publics à la verser plus tôt dans l'année. Sur le maillon ferroviaire, son président réitère "l'urgence d'une réforme de la branche fret de la SNCF" en avançant l'hypothèse d'une "filialisation voire d'une privatisation de Geodis. La rupture avec les voyageurs doit être franche. De plus, contraindre les nouvelles entreprises ferroviaires entrantes à adopter le cadre social des cheminots de la SNCF est illusoire, saugrenu voire irréaliste". Quant à la perspective d'un rapprochement entre Réseau ferré de France et la SNCF, les rails-routiers s'y déclarent farouchement opposés au motif "d'assurer une égalité d'accès au réseau".

"Libérer les terminaux"

Malgré les engagements de RFF en 2013 et 2014 sur l'augmentation du nombre de sillons fermes, dans l'immédiat, le GNTC déplore la part "trop importante" de sillons précaires dans son offre. Selon Jean-Claude Brunier, ils représenteraient 70 % des sillons commercialisés ! Tout en déplorant la dégradation de la qualité du réseau en raison du manque d'anticipation et d'information préalable sur les travaux de rénovation, le président de T3M soulève deux autres problèmes : "La baisse continue des vitesses commerciales avec une moyenne de 80 km/h en 2012, et la hausse des prix des sillons, de l'ordre de 15 % sur les quatre dernières années".
Alors que l'aménagement de nouveaux chantiers au Havre et à Marseille semble acquise, le groupement invite les pouvoirs publics à se prononcer également sur Avignon et l'Île-de-France où le site d'Aulnay est défendu. Dernier dossier et pas des moindres, la gestion des terminaux détenus pour l'essentiel par RFF.

"Opposition ferme à un rapprochement entre la SNCF et RFF"


Depuis 2009, leur statut avec les conditions d'accès est sur la table. "Avec la reprise de Novatrans par le Groupe Charles André, le paysage devrait s'éclaircir", espère Gérard Perrin. Le gestionnaire d'infrastructures garantit que le nouveau statut et les nouvelles règles d'accès seront en vigueur début 2013. Cet engagement s'intègre d'ailleurs dans la nouvelle convention conclue entre RFF et le GNTC avec la poursuite du développement des trains longs, le renforcement de la qualité des sillons, et la mise en place d'un modèle complémentaire à celui du saut de nuit.

Les THC "fluviales" remises en cause

Depuis deux ans, le GNTC s'est ouvert au combiné fluvial et a consacré un volet de son assemblée générale sur ses préoccupations. Critiquant les nouveaux "tâtonnements" sur le projet Seine-Nord Europe, Yves Bodilis, président de Logiseine-Logirhône, pointe "l'oubli de la réforme portuaire sur les THC lors de manutentions des bateaux fluviaux dans les ports maritimes. La voie d'eau est le seul mode terrestre à se voir infliger des THC". Afin de trouver une solution à ce dossier, la région Paca a confié une étude à Patrice Raulin. "Convaincus de la légitimité et du bien-fondé de notre demande, nous attendons avec impatience ses conclusions en espérant qu'elles soient reprises par une commission nationale ad hoc sous l'égide du ministère des Transports, pour supprimer cette distorsion à l'encontre du fluvial". Autre sujet soulevé par Yves Bodilis : "L'accès fluvial direct à Port 2000 au Havre via la création d'une chatière".

Érick Demangeon

Jeudi 18 Octobre 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse