GPMR : "Un objectif réaliste de 25 millions de tonnes par an"


Installé en janvier à la direction du Grand Port maritime de Rouen (GPMR), Nicolas Occis (39 ans) n’a pas tardé à prendre ses marques. À son crédit, il est parvenu à réactiver un conseil de développement boycotté depuis avril 2014 par les entreprises privées et leurs fédérations patronales. Une étape décisive pour adopter le projet stratégique du port qu’il détaille ici.


Nicolas Occis, directeur du GPMR © Éric Houri
Nicolas Occis, directeur du GPMR © Éric Houri
Où en est le second projet stratégique du port prévu par la réforme de 2008 et portant sur la période 2014-2019 ?
Pour être validé, il devait être soumis pour avis au conseil de développement du port qui ne se réunissait plus depuis un an et demi avant d’être présenté au comité d’entreprise le 24 septembre puis au conseil de surveillance le 2 octobre. Le maire de Rouen, Yvon Robert, a accepté d’assurer la présidence du conseil de développement que nous avons souhaité réinstaller pour deux raisons. D’une part, cette étape était décisive dans la procédure et, d’autre part, parce qu’il s’agit d’une instance regroupant toutes les composantes de la place portuaire : élus mais aussi clients, associations, personnalités qualifiées, etc. L’avis rendu le 11 septembre a été favorable. J’appelle par ailleurs de mes vœux l’Union du port de Rouen (UPR) et toutes ses composantes à revenir régulièrement siéger au sein de cette instance.

Avant de le détailler, quelle est la philosophie générale de ce projet stratégique ?
Derrière ce projet, il y a l’ambition du port. Nous avons envisagé deux scénarios. L’un, ambitieux, qui vise un trafic global annuel de 27,25 millions de tonnes et nécessite un fort rebond de l’économie au plan national. L’autre, réaliste et accessible, qui table sur 25 millions de tonnes. Pour l’atteindre, il convient de consolider notre socle actuel de trafics. Nous envisageons une stabilité dans le domaine des vracs liquides et une progression pour les trafics céréaliers qui passeraient d’une moyenne décennale de 6,6 millions de tonnes par an à 7,5 millions, soit le niveau de la campagne qui vient de s’achever. Il faut également activer des relais de croissance dans différentes filières. Le BTP d’abord, grâce aux chantiers liés au projet de Grand Paris et ce, dans les deux sens. D’aval en amont pour l’approvisionnement de la capitale en granulats et d’amont en aval pour les déblais inertes de chantier. Autre piste : la biomasse, avec deux trafics espérés. Nous attendons la confirmation du groupe industriel thaïlandais Double A qui devrait alimenter son usine de pâte à papier d’Alizay avec des copeaux d’eucalyptus, jusqu’à Rouen par la mer et jusqu’à Alizay par le fleuve. Parallèlement, Sea-Invest vient de recevoir son premier bateau de pellets destinés à alimenter les chaufferies urbaines franciliennes à la place du charbon.

L’idée est donc de capitaliser sur les points forts de Rouen ?
On peut le dire. Rouen est le premier port en Europe pour l’export de céréales, peut s’appuyer sur la plateforme pétrochimique de Port-Jérôme, est leader national pour le groupage de conteneurs vers l’Afrique et les Antilles, bénéficie d’un positionnement géographique qui, sur 360°, peut toucher 25 millions de consommateurs dans un rayon de 200 kilomètres via des modes de transports respectueux de l’environnement et peut compter sur des filières et de nombreux opérateurs flexibles et offrant le choix de solutions diversifiées à leurs clients.

Comment s’articule donc ce projet stratégique ?
Nous avons défini six axes avec pour toile de fond la question : que peut faire le GPMR au service de ses clients ? Le premier axe, c’est de leur offrir un outil compétitif en matière d’infrastructures concernant l’offre maritime. En matière d’accès nautiques. Ce n’est pas le moindre en termes d’investissement puisque, de 2012 à fin 2018, nous aurons consacré 180 millions d’euros inscrits dans les contrats de plan à l’approfondissement du chenal de la Seine. Avec l’arasement des points hauts du chenal, nous allons gagner 1 mètre de tirant d’eau pour les navires sur environ 97 % du temps et même un mètre de plus sur la moitié du temps. L’impact sera fort pour la filière céréalière. Nous pourrons accueillir des vraquiers panamax de 50.000 et même 55.000 tonnes de port en lourd contre 45.000 au maximum actuellement. J’ajoute que nous avons également un programme de renforcement des quais et d’approfondissement des souilles bord à quai.

Et concernant les dessertes terrestres ?
Il nous faut élargir notre hinterland via les modes massifiés. C’est le deuxième axe du projet stratégique. Concernant le fleuve, la part modale s’établit déjà à 18 %. C’est bien mais nous ambitionnons au moins 20 % pour 2019. Grâce au nouveau terminal d’Alizay en cours de construction mais aussi avec le projet Seine Sud que la Métropole Rouen Normandie porte. Nous réfléchissons, également en lien avec Le Havre, au développement de l’import en provenance d’Asie, Rouen étant idéalement positionné pour servir de base logistique à l’Île-de-France. Concernant le fer, la part modale est tombée de 6 à 5 %. Nous souhaitons stopper cette baisse et même relancer le ferroviaire mais ce n’est pas évident. Nous comptons sur la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors et sur le projet LNPN afin de libérer des sillons pour la marchandise. Nous travaillons en ce sens avec SNCF Réseau. Enfin, même s’il ne s’agit pas d’un mode massifié, nous n’oublions pas la route. Nous accélérons notamment la réhabilitation du boulevard maritime qui dessert le port.

"Rouen est le premier port en Europe pour l’export de céréales"


Quels sont les autres axes du projet stratégiques ?
Le troisième concerne l’offre foncière aux entreprises qu’il faut rendre attractive. Nous avons identifié 190 hectares potentiellement aménageables, hors zones naturelles, avec l’objectif de disposer en permanence de 60 hectares. Des projets concrets sont réalisés ou en cours de lancement. On peut citer la nouvelle vie rendue au terminal QPC où trois opérateurs se sont installés. Parmi eux, un nouveau venu, Beuzelin, construit un silo. C’est un bel exemple de reconstruction du port sur le port. Nous y investissons 7 millions pour les accès terrestres. Idem pour la troisième phase de la plateforme logistique Rouen Vallée de Seine (RVSL) qui pourra accueillir 80.000 m2 de nouveaux entrepôts sur 22 hectares. Les travaux de VRD y sont engagés. On peut évoquer Alizay, Seine Sud, la reconversion de la raffinerie Petroplus confiée à Valgo, site pour lequel nous garantissons des accès à la voie d’eau. On peut ajouter Honfleur, Radicatel, Port-Jérôme où Panhard a annoncé un projet d’entrepôts. Beuzelin ou Panhard, voilà deux exemples tangibles de l’attractivité du port.

Les trois autres axes sont-ils aussi forts ?
Bien sûr, même s’ils sont moins spectaculaires. Le quatrième consiste à accompagner le développement des filières en fédérant les énergies, en réfléchissant avec les opérateurs à la bonne échelle pour gagner en compétitivité. Le cinquième concerne le développement durable, une des missions des Grands Ports maritimes. Je rappelle que, sur les 180 millions d’euros consacrés aux accès nautiques, 20 sont attribués aux mesures environnementales selon la méthode ERC : éviter, réduire, compenser. Enfin le sixième touche l’établissement en interne, concerne les performances financières et humaines. Les 150 millions d’investissements à lancer dans le cadre des contrats de plan et les 250 millions d’investissements en cours sur la période du projet stratégique correspondent à un rythme d’investissements soutenu de 45 millions par an, deux fois supérieur au rythme habituel, ce qui nous oblige à dégager des marges d’autofinancement. Notre trajectoire financière actuelle nous le permet.

Vincent Rogé

Mercredi 23 Septembre 2015



Lu 65 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse