Grande barrière de corail : l'Australie se félicite de la décision de l'Unesco



Grande barrière de corail : l'Australie se félicite de la décision de l'Unesco
L'Australie s'est félicitée jeudi 2 juillet de la décision de l'Unesco de ne pas inscrire sa Grande barrière de corail sur la liste du patrimoine en péril, mais les écologistes estiment que Canberra doit en faire plus pour protéger l'écosystème. Le site d'une très grande richesse marine, inscrit depuis 1981 au patrimoine de l'humanité, fait face à des menaces croissantes, telles que les ruissellements agricoles, le réchauffement climatique, le développement économique ou la prolifération des acanthasters, étoiles de mer qui détruisent les coraux. "C'est une décision énorme", a commenté Greg Hunt, le ministre australien de l'Environnement, à Bonn où le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco a pris sa décision mercredi. "Nous avons désormais un soutien unanime et écrasant pour notre récif, et pour ce que fait l'Australie", a-t-il ajouté. En mars, Canberra a présenté un plan de protection sur trente-cinq ans de la Grande barrière, attraction touristique très prisée au large des côtes de l'État du Queensland. Il interdit, de manière totale et définitive, tout déversement de déchets de dragage et fixe des objectifs en matière d'amélioration de la qualité de l'eau et de protection de la vie marine. L'Unesco a demandé à l'Australie de lui remettre "d'ici le 1er décembre 2016" un rapport d'étape faisant le point sur les progrès réalisés afin de confirmer que la mise en œuvre du plan (de protection) a été efficace.
Le WWF (Fonds mondial pour la nature) s'est également réjoui de la décision de l'Unesco, qui place selon lui l'Australie sous surveillance. "Le Comité du patrimoine mondial doit continuer à jouer ce rôle déterminant qui permet de demander des comptes au gouvernement fédéral et à celui du Queensland et de vérifier que les promesses se traduisent bel et bien dans les faits", a déclaré Dermot O'Gorman, directeur du WWF en Australie. De son côté, Greenpeace a averti que la Grande barrière, au large de la côte nord-est riche en ressources naturelles, ne serait effectivement protégée que si le pays renonçait à ses projets de développement de l'industrie du charbon et des ports. L'an dernier, l'Australie a donné son feu vert au groupe indien Adani pour un projet minier de 16,5 milliards de dollars australiens (11,4 milliards d'euros), à proximité de la Grande barrière. Une extension du port charbonnier a aussi été autorisée.

AFP

Jeudi 2 Juillet 2015



Lu 213 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse