Grenoble ne souhaite plus financer la ligne Lyon-Turin


La municipalité EELV de Grenoble a annoncé le retrait financier de la ville dans le projet de nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin.


Le Conseil municipal de Grenoble se retire du financement du Lyon-Turin © Lyon-Turin
Le Conseil municipal de Grenoble se retire du financement du Lyon-Turin © Lyon-Turin
La ville de Grenoble a soumis lundi 18 avril au vote du conseil municipal une délibération prônant son retrait financier du Lyon-Turin. Paraphé en 2007 durant le dernier mandat de Michel Destot, l'ancien maire socialiste, un protocole d'intention engageait Grenoble et ses partenaires - le département et la communauté d'agglomération - à une participation financière de 130 millions d'euros.

Un projet vieux de vingt-cinq ans

Pour Éric Piolle, le maire EELV de la ville, l'ensemble du projet a été conçu "il y a vingt-cinq ans, sur des hypothèses de développement de transport de marchandises délirantes, puisqu'elles sont en baisse depuis vingt ans", a expliqué l'élu. "En 1991, les projections prévoyaient également une fréquentation de 19 millions de passagers par an sur la ligne, contre 4 millions en 2012, soit presque cinq fois moins", a-t-il ajouté. Éric Piolle se dit "en revanche favorable à la modernisation des réseaux ferrés existants, où circulent les trains du quotidien, pour permettre une sécurisation des temps de parcours, fragiles aujourd'hui".
La délibération a également proposé au conseil municipal "d'exprimer son opposition au projet d'une nouvelle liaison ferroviaire transalpine entre Lyon et Turin, en particulier le percement d'un tunnel international de plus de 50 km". Elle a enfin suggéré enfin aux élus "d'affirmer leur soutien aux politiques de développement des transports en commun locaux et régionaux, ainsi qu'aux politiques de report modal immédiat de la route vers le rail en utilisant, modernisant et adaptant les infrastructures ferroviaires existantes".
Au total, treize collectivités des départements de l'Isère, du Rhône, de la Savoie et de la Haute-Savoie ont signé ce protocole d'accord de financement, dont le montant s'établit à un milliard d'euros. Avec ce vote, Grenoble est la première d'entre elles à se désengager.

AFP

Mardi 19 Avril 2016



Lu 341 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse