Grève à la SNCM pour sauver la compagnie


Après une période de deux ans sans grève, les bateaux de la SNCM devraient rester à quai le 1er janvier. Les syndicats, qui ont déposé un préavis reconductible, réclament l'application du plan de sauvetage et un nouvel actionnariat "d'intérêt général" pour remplacer Veolia-Transdev.


© Franck André
© Franck André
L'ensemble des organisations, à l'exception du syndicat nationaliste des travailleurs corses (STC), prennent part au mouvement initié par la CGT et qui prévoit une paralysie des trafics de la SNCM à partir du mercredi 1er janvier. Le syndicat majoritaire a été rejoint par le SAMMM (Syndicat autonome des marins de la marine marchande), la CFDT et pour l'encadrement par la CFE-CGC. Des tractations ont lieu en coulisses avec le gouvernement pour éviter le conflit, mais pour l'heure le mot d'ordre est maintenu.
Face à cette menace de grève, la direction de l'opérateur historique du transport maritime Corse-continent est partagée. Le préavis "est le fruit d'une inquiétude compréhensible des salariés concernant la mise en place concrète du plan industriel de relance proposé par le management et plébiscité par près de 60 % des marins", estime le directeur de la communication de la SNCM, Pierre Jaumain. Cependant, prévient-il, "si l'arrêt de la compagnie se confirme mercredi, sur les deux premiers jours, ce serait plus de 4.000 clients touchés pour un coût de près de 1 million d'euros". Or, la compagnie maritime aux 2.600 salariés, en proie à des difficultés de trésorerie et sous le coup d'une double condamnation de Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros d'aides jugées illégales, traverse une phase critique, avec dans le même temps une crise de son actionnariat.

Les collectivités mobilisées

Pourtant, l'entreprise, loin de son image "sclérosée et vieillotte", est "viable", martèlent à l'unisson syndicats et direction, convaincus de l'urgence du lancement du plan. Validé en juin, celui-ci doit permettre d'économiser 70 millions d'euros par an et d'atteindre la rentabilité en deux ans, via la suppression de 500 postes et le renouvellement des navires. "Veolia et Transdev ne doivent pas avoir droit de vie et de mort sur la SNCM", s'insurge le délégué CFE-CGC Maurice Perrin pour qui il est urgent de trouver de nouveaux partenaires. Les syndicats appellent à la mise en place d'un "actionnariat public d'intérêt général" avec la Caisse des dépôts et les collectivités, aux côtés de l'État (25 %) et des salariés (9 %).

"Le gouvernement joue un double jeu"


La ville de Marseille a récemment demandé de siéger au conseil de surveillance comme administrateur indépendant. Le Conseil général des Bouches-du-Rhône s'est de son côté dit "prêt à entrer au capital de la SNCM", "dans le cadre d'un projet industriel" porté par un acteur privé. Les holdings d'investissement Alandia et Fin'Active ainsi que deux armateurs, dont les noms n'ont pas été précisés, ont déjà manifesté leur intérêt.
Certains vont plus loin en plaidant pour "une maîtrise 100 % publique", à l'image de sept élus communistes des régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse qui réclament une table ronde. "Si les différents acteurs se mettent autour d'une table", une solution peut rapidement émerger, assure une source proche du dossier. À condition d'"une volonté politique", selon le président du directoire Marc Dufour, qui appelle "les actionnaires, dont l'État, à assumer leurs responsabilités".
Car derrière les discours rassurants, le gouvernement joue "un double jeu", de l'avis de plusieurs protagonistes. Très critique, la CGT reproche au ministère des Transports de mettre au point un décret sur les règles sociales appliquées aux travailleurs étrangers qui "préserve les intérêts des armateurs", contrairement à ses engagements. Selon le représentant syndical Frédéric Alpozzo, il organise la "libéralisation" du secteur, faisant ainsi le jeu de l'entreprise privée Corsica Ferries aux navires battant pavillon italien et aux équipages multinationaux.

Anne Beade

Lundi 30 Décembre 2013



Lu 161 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse