Grève des routiers : les patrons demandent un retour aux réalités économiques



Aline Mesples, présidente de l'OTRE © OTRE
Aline Mesples, présidente de l'OTRE © OTRE
Les fédérations patronales de transporteurs routiers ont demandé le 21 janvier un retour aux réalités économiques, dans le conflit qui les oppose aux syndicats, et rappelé que les difficultés du secteur ne leur permettent pas d'aller jusqu'aux 5 % d'augmentation réclamés. "Il faut un retour au réalisme économique. Les revendications salariales sont hors de portée des entreprises", a déclaré Nicolas Paulissen, délégué général de la principale chambre patronale de la branche, la Fédération nationale des transports routiers (FNTR).
"Ces revendications (...) sont incompatibles avec les réalités économiques des entreprises du transport routier de marchandises", ont affirmé la FNTR, TLF et l'Unostra, qui "déplorent l'absence de constat partagé sur la situation économique du secteur".
Marges faibles, concurrence de transporteurs de pays européens dans lesquels les salaires sont moins élevés... La présidente de l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), Aline Mesples, a également fait état, mercredi matin lors des vœux de la fédération, d'un "contexte particulièrement difficile" pour le secteur. "On ne peut pas travailler efficacement et avec réalisme (pour faire aboutir ces négociations, NDLR) sans tenir compte du contexte".
Alors que les syndicats mettent en avant les aides publiques octroyées aux entreprises via le pacte de responsabilité et le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), Aline Mesples a répondu que le pacte de responsabilité "a au mieux permis à certaines entreprises d'avoir des comptes équilibrés".
Elle a rappelé que les négociations avaient essuyé un échec en 2014, et qu'il n'y a donc "pas eu de revalorisation cette année là. (...) Nous avons donc une négociation qui s'est tendue, avec des revendications importantes et, en face, des organisations patronales qui restent sur des propositions acceptables dans le contexte". "Je souhaite qu'on puisse négocier dans un climat serein. La dramatisation des derniers jours me parait inutile", a-t-elle souligné, précisant, alors que l'intersyndicale en appelle au gouvernement, qu'"une éventuelle contrainte des pouvoirs publics n'a, à (son) avis, pas lieu d'être".

Reprise des négociations jeudi ?

Une nouvelle séance de négociations est convoquée pour jeudi matin. Le ministère du Travail "a décidé de reconvoquer un round de négociations demain à 8h30 avec l'ensemble des partenaires sociaux", à la Direction générale du Travail, a indiqué Patrice Clos, secrétaire général de FO Transports.
Satisfaite par la nouvelle séance prévue, Force ouvrière n'entend pas réduire la pression. "On ne lèvera pas les barrages pour autant", a dit Patrice Clos. "On ne crie pas non plus "hip hip hip hourra"!", abonde Thierry Douine (CFTC), appelant à amplifier la grève.
Mardi soir, l'intersyndicale avait brièvement suspendu le mouvement social, à la suite de l'échec des discussions, le patronat et la CFDT ayant quitté la table des négociations. Les syndicats étaient revenus sur leur décision dans la nuit, les négociateurs patronaux n'ayant pas répondu à la "convocation" du président de la commission mixte paritaire - un représentant du ministère du Travail - qui les appelait à reprendre mardi à 23 heures la négociation salariale.
"Nous n'avons pas refusé la négociation, nous avons refusé le moment de la négociation", a expliqué Aline Mesples, présidente de l'OTRE (TPE et PME du transport routier)". Une médiation du gouvernement, souhaitée par l'intersyndicale, est rejetée par le patronat. "On souhaite que les négociations aient lieu dans un cadre classique, entre partenaires sociaux. On doit trouver les moyens, seuls, de tomber d'accord", a fait valoir Aline Mesples.

AFP

Mercredi 21 Janvier 2015



Lu 82 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse