Guillaume Pepy reconduit à la tête de la SNCF


Le gouvernement français va reconduire Guillaume Pepy pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de la SNCF, avec comme mission de mener à bien la vaste réforme ferroviaire lancée à l'automne pour sortir le rail de son impasse financière.


Guillaume Pepy, président de la SNCF
Guillaume Pepy, président de la SNCF
Guillaume Pepy, 54 ans, aura "une nouvelle feuille de route : réussir la réforme ferroviaire", a indiqué dimanche 24 février Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports. La décision de maintenir ce patron classé à gauche, fin connaisseur de la SNCF qu'il préside depuis 2008, n'est pas une surprise, malgré les rumeurs qui avaient circulé depuis l'été sur son éventuel départ chez EDF pour succéder à Henri Proglio - une information démentie fin décembre par M. Pepy.
Apprécié des cheminots pour son sens de la négociation, Guillaume Pepy fait figure de bon gestionnaire des intérêts de l’État. Sous sa houlette, le chiffre d'affaires de la SNCF a quasiment doublé de volume (+ 44 % entre 2007 et 2012), atteignant 33,8 milliards l'an dernier. Le groupe vise désormais 40 milliards d'euros par an d'ici 2017. L'an dernier, son bénéfice net a triplé à 383 millions d'euros et l'endettement a été réduit de près d'un milliard d'euros. La question de la dette est toutefois loin d'être réglée : la SNCF conservait fin décembre une dette nette de 7,3 milliards d'euros. Plus largement, la dette ferroviaire en France, réseau compris, est supérieure à 32 milliards d'euros et s'alourdit de 1,5 milliard chaque année.

"Objectifs : dette, rapprochement avec RFF et ouverture à la concurrence"


Régler cette situation chronique sera l'un des objectifs prioritaires du grand chantier de réforme désormais assigné à Guillaume Pepy, qui va devoir mener à bien le rapprochement avec RFF et aussi préparer l'ouverture à la concurrence européenne du transport des voyageurs prévue pour 2019. Sur ce dossier, M. Pepy fera équipe avec Jacques Rapoport, le nouveau président de RFF. La réforme ferroviaire, qui doit faire l'objet d'un projet de loi d'ici l'été, prévoit d'unifier au sein d'un même pôle public la SNCF et les entités qui gèrent l'infrastructure ferroviaire. Concrètement, elle prévoit la création d'un gestionnaire d'infrastructures unifié (GIU) rattaché à la SNCF et qui regroupera RFF, la Direction de la circulation ferroviaire et les cheminots de la SNCF chargés de l'entretien des voies, soit un total de 50.000 personnes. L'enjeu est aussi de mettre en œuvre un cadre social commun avec une seule convention collective pour tous les salariés du rail.

Nomination officielle par décret présidentiel

Techniquement, M. Pepy assume depuis dimanche 24 février son propre intérim, avant sa nomination officielle, qui sera faite par décret présidentiel.

Un patron familier de tous les rouages de la SNCF

Né le 26 mai 1958, à Neuilly-sur-Seine, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, Guillaume Pepy entre au Conseil d’État en 1984, à sa sortie de l'Ena. Après un court passage (1988-1989) au cabinet de Michel Charasse, alors ministre du Budget, il rejoint pour la première fois à la SNCF où il dirige le cabinet du président Jacques Fournier. Il retrouve entre 1990 et 1993 les cabinets socialistes de Michel Durafour, ministre de la Fonction publique, et de Martine Aubry, ministre du Travail, qui est restée une amie proche. Il fait son retour à la SNCF en 1993 comme directeur de l'économie, de la stratégie et des investissements puis, après un détour de quelques mois par la Sofres, à la tête des "grandes lignes" où il est appelé en juin 1997 par le président Gallois. En 1998, il devient directeur général délégué de toutes les activités voyageurs puis, en 2003, directeur général exécutif et numéro deux du groupe. Il ne cache pas sa déception lorsqu'en juillet 2006, Anne-Marie Idrac lui est préférée pour terminer le mandat de Louis Gallois parti diriger EADS. Sa fidélité et sa parfaite connaissance de l'entreprise, unanimement reconnue, seront finalement récompensées en février 2008 avec sa nomination à la tête du groupe pour un premier mandat de cinq ans.

Audrey Kauffmann

Lundi 25 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse