Hapag-Lloyd sort la tête de l'eau


Hapag-Lloyd a renoué avec les profits au deuxième trimestre, notamment grâce à un fléchissement du prix du combustible, mais reste sous la menace d'un résultat annuel négatif.


© Hapag-Lloyd
© Hapag-Lloyd
Hapag-Lloyd a présenté des résultats en amélioration pour le deuxième trimestre 2013. L'armateur allemand affiche un profit de 20,9 millions d'euros, à comparer avec une perte de 7,3 millions l'année dernière sur la même période. En un an, la compagnie a plus que doublé son résultat opérationnel, à 66,7 millions d'euros au lieu de 30,8. "Malgré une concurrence intense, qui a abouti à des taux de fret insatisfaisants, les réductions de coûts substantielles et la légère baisse des dépenses de combustible ont été les principaux facteurs de ce résultat positif", explique la compagnie. Pour le sixième opérateur mondial de ligne maritime régulière, le prix des soutes au deuxième trimestre s'est établi en moyenne à 622 dollars la tonne, contre 694 dollars entre avril et juin 2012. L'armateur fait remarquer que ce prix reste plus de trois fois supérieur à ce qu'il était en 2009, autour de 200 dollars la tonne.

Des taux toujours trop bas

Sur la question des prix du transport, Hapag-Lloyd explique que la concurrence acharnée qui règne sur le marché de la ligne régulière a empêché l'application effective des augmentations de taux de fret (General Rate Increase, GRI) qui ont été décidées par les compagnies maritimes. À tel point que le tarif moyen a encore baissé comparé au deuxième trimestre 2012, soit 1.499 dollars pour un conteneur de 20 pieds, contre 1.594 dollars par EVP l'année dernière.

"Nous avons pu mettre en place de petites GRI, mais ce n'est pas encore assez"


Avec la réduction des coûts, la hausse des volumes est aussi pour quelque chose dans les bons chiffres trimestriels rapportés par la compagnie hambourgeoise, même si elle n'a pas compensé intégralement la baisse des taux de fret. La croissance a été de 2,3 %, ce qui a permis au trafic d'atteindre 1,39 million d'EVP. Hapag-Lloyd évoque ainsi un chiffre d'affaires de 1,706 milliard d'euros, qui reste en recul par rapport aux 1,794 milliard du deuxième trimestre 2012. "Les hausses de taux de fret sont une nécessité pour que les armateurs retrouvent la rentabilité, estime Michael Behrendt, président du directoire d'Hapag-Lloyd. Nous avons pu mettre en place de petites GRI début juillet, mais ce n'est pas encore assez".

Pertes sur l'ensemble de l'année 2013

Sur l'ensemble du premier semestre, le chiffre d'affaires global de la compagnie s'est stabilisé, à 3,358 milliards d'euros (3,395 milliards en 2012). Le taux de fret moyen, à 1.522 dollars par EVP, est en baisse de 17 dollars, tandis que le volume transporté est en hausse de 1,2 % sur les six premiers mois de l'année, pour 2,7 millions d'EVP transportés. Le résultat brut (Ebitda) s'est largement amélioré, à 171,8 millions contre 80,9 millions au premier semestre 2012. C'est aussi le cas du résultat opérationnel, qui est passé d'une perte de 68,7 millions entre janvier et juillet 2012 à un bénéfice de 13,5 millions.
Malgré cela, le résultat global de la société sur les six premiers mois reste négatif de 72,7 millions d'euros, même si la perte est quasiment divisée par deux comparé à celle de l'an dernier à la même époque (139,7 millions). L'armement tempère ce mauvais résultat en évoquant également la faiblesse habituelle du marché au premier semestre. Sur l'ensemble de l'année dernière, Hapag-Lloyd avait accusé une perte de 128 millions d'euros. Pour 2013, la compagnie, n'en est pas pour autant à annoncer un bénéfice, se contentant de tabler sur un résultat opérationnel positif.

Changement de structure actionnariale

Hapag-Lloyd Holding AG et Hapag-Lloyd AG ont annoncé le 14 août leur fusion rétroactive au 1er janvier 2013. L'opération est "destinée à simplifier la structure du groupe" et "n'aura aucune conséquence sur son actionnariat", ni sur ses comptes, selon la direction de l'armement. L'actuelle structure avait été établie lorsque le consortium Albert Ballin a pris la majorité du groupe à TUI en 2009. La participation des deux actionnaires d'Hapag-Lloyd est désormais directe.

Franck André

Jeudi 22 Août 2013



Lu 362 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse