Haro sur la CFDT de SeaFrance


Avant l'annonce possible d'une liquidation la semaine prochaine, la CFDT de SeaFrance est désignée par ses propres instances comme responsable des difficultés de l'armement transmanche à trouver une solution de sauvetage.


© ERIC HOURI
© ERIC HOURI
Le tribunal de commerce de Paris doit se prononcer le 3 janvier sur la seule offre en lice pour reprendre SeaFrance. En attendant, le syndicat majoritaire des salariés de la compagnie est vivement critiqué pour son attitude pendant la phase de recherche d'une solution de relance.
D'abord, l'offre de reprise via une coopérative ouvrière (Scop), présentée par la CFDT Maritime Nord, qui représente plus de 80 % du personnel navigant chez SeaFrance, n'est pas financée, alors qu'on chiffre à 50 millions d'euros les investissements nécessaires.

Des repreneurs découragés

La CFDT de SeaFrance a ainsi été désavouée par des instances sectorielle et régionale du syndicat. "La SNCF, en tant qu’actionnaire unique, porte une responsabilité dans cette situation", estiment l'Union régionale CFDT Nord-Pas-de-Calais et la Fédération générale CFDT Transports Équipements. "Malgré l’incertitude à voir aboutir leur projet, les porteurs de la Scop ont refusé d’étudier tout autre piste et ont découragé d’éventuels repreneurs, notamment DFDS-LDA qui s’engageait à maintenir une partie importante des emplois", accusent-ils.
Selon des informations transmises lors d'un comité directeur de la SNCF la semaine dernière, et relayées par la CGT de SeaFrance, l'armateur danois DFDS, poids lourd européen du roulier, aurait approché la CFDT en lui demandant un dialogue autour d'une offre améliorée, qui proposait de garder plus de 600 emplois sur 880, contre 460 précédemment. Mais la CFDT a refusé toute rencontre, et cela malgré une tentative de médiation du ministère des Transports. DFDS, associé à Louis Dreyfus Armateurs (LDA) a alors jeté l'éponge et n'a pas formulé de nouvelle offre de reprise.

"Les porteurs de la Scop ont refusé d’étudier tout autre piste"



La CFDT Maritime Nord a rétorqué que ces deux entités du syndicat ont "tort de considérer (...) que la Scop n'est pas financièrement viable", rappelant que des collectivités territoriales se sont dites prêtes à soutenir ce projet. Le syndicat affirme que le PS, "par l'intermédiaire" de son porte-parole, Benoît Hamon, doit adhérer à la Scop le 29 décembre. Une version contestée par l'entourage de celui-ci, qui précise qu'il prévoit d'adhérer à la Scop à "titre individuel". "Il n'y a donc que les structures syndicales précitées pour préférer, avec le ministre des Transports, l'offre commune DFDS-Dreyfus qui pourtant entraîne la suppression de près de 400 emplois", estime la CFDT Maritime Nord.
Le vendredi 23 décembre, la Cour d'appel de Paris a rejeté la requête du syndicat qui réclamait la reprise du trafic, alors que les navires sont maintenus à quai depuis six semaines sur décision de la direction.

.

Vendredi 23 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse