Haropa devant les chargeurs lyonnais


Un an après leur opération de promotion-séduction à Lyon, les responsables d’Haropa sont revenus dans cette ville pour affirmer, devant un parterre de chargeurs, commissionnaires, transitaires et opérateurs du transport et de la logistique, leur volonté indéfectible de satisfaire leurs clients, de participer à leur développement économique et à l’international et d’améliorer les services.


© Port de Lyon
© Port de Lyon
Hervé Martel, président d’Haropa, a rappelé en préambule le bien-fondé du GIE qui permet de toucher 25 millions de consommateurs dans un rayon de 200 km. Au-delà, la région lyonnaise fait traiter 30 % seulement de son trafic conteneurs par Haropa, le reste passant par Marseille-Fos et Anvers dont on dit souvent qu’il est le premier port de Rhône-Alpes ! "Les Rhônalpins ont le choix d’organiser leur logistique en mettant en concurrence les différents ports, c’est un atout pour eux", remarque Hervé Martel. "Anvers et Zeebrugge sont nos concurrents mais notre offre maritime est forte et elle va encore s’améliorer. Le Havre fait partie des grands ports du range Nord", complète-t-il. La qualité de l’accueil des armements, l’excellence du passage portuaire et de la fluidité, la performance des solutions multimodales sont autant d’atouts présentés par Haropa même si Hervé Martel reconnaît qu’il y a "des efforts à faire côté ferroviaire et offre foncière. Le chantier multimodal devrait être opérationnel en 2015. Ce sera le plus gros chantier ferroviaire de France. Il s’agit d’un véritable outil de massification et de fluidité pour le fleuve et pour le ferroviaire". On recense huit allers et retours Le Havre-Lyon par semaine par fer.

"Nous voulons contrôler moins mais plus efficacement"


"Benchmarkez vos transit-times, bénéficiez de notre partenariat avec la Douane, comparez nos indicateurs de performance", lance à son tour Hervé Cornède, directeur commercial et marketing, qui insiste sur les 600 ports touchés, les deux connexions par jour avec l’Asie "comme un métro !" et les 90 ports chinois connectés ou les 4 minutes et 34 secondes de dédouanement.
Pour Hughes Morin, directeur général France et Italie de Clasquin (46 bureaux dans le monde dont un au Havre), la fiabilité est le mot-clé. "La réforme portuaire a été l’un des premiers éléments sur ce sujet. Les clients veulent de la fiabilité, pas obligatoirement le transit-time le plus court mais le respect des engagements", rappelant qu’entre ports on peut avoir entre 300 et 800 dollars de différence pour des 40’ entre le Nord et le Sud. Clasquin a récemment fait visiter Haropa à certains de ses clients opérant dans le secteur du luxe, une initiative bienvenue pour que les atouts et contraintes des uns et des autres soient mieux perçues et prises en compte.
La mise en place des "rendez-vous routiers" par l’Umep, solution web dédiée à la prise de rendez-vous entre les transporteurs et les opérateurs des terminaux, devrait améliorer la performance de ces derniers mais a suscité un certain nombre de réactions sur l’organisation de la présence de 4.500 poids lourds par jour au Havre.
Laetitia Flour-Bourril, PAE Le Havre, a une fois de plus voulu démontrer que "la Douane est un élément de compétitivité", en insistant sur l’accompagnement simplifié voire personnalisé des entreprises "qui va être amplifié dans les régions pour les chargeurs et les commissionnaires. Nous voulons contrôler moins mais plus efficacement". Seules les déclarations ciblées font l’objet de contrôles physiques. Laetitia Flour-Bourril estime que le délai moyen d’immobilisation des marchandises qui était de 6 min 30 en 2011 est passé à 4 min 34 en 2013 contre 4 à 6 min pour les concurrents nordiques. Dans la salle, des murmures se font entendre et la voix de Dominique di Bello, président régional de TLF, s’élève. "Qu’a vraiment apporté le label OEA ?" Pour ce professionnel bien connu, "c’est le système douanier français qui est la raison du report de fret vers Anvers"…

Annick Béroud

Lundi 30 Juin 2014



Lu 447 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse