Hausse de trafic annuel de plus de 10 % à Bordeaux


Avec un trafic de 9,05 Mt en 2013 contre 8,2 Mt en 2012, le Grand Port maritime de Bordeaux (GPMB) a terminé l'année 2013 sur une hausse de 10,5 %. Une progression due aussi bien à l'export qui a progressé de 20,9 % qu'à l'import. Certaines filières ont enregistré un bond.


© GPMB
© GPMB
Pour le Grand Port maritime de Bordeaux, à 4,5 millions de tonnes, les granulats et la ferraille sont les deux filières qui ont enregistré les deux plus fortes hausses en 2013. Mais les hydrocarbures, avec une progression plus modeste, conservent la première place puisqu'ils sont passés de 4,3 Mt en 2013 à 4,5 Mt. Selon Étienne Naudé, directeur de la stratégie et du développement de l'établissement, la tendance baissière que connaissent aujourd'hui les ports européens dans le secteur du raffinage remonte déjà à de nombreuses années dans le port girondin. Le GPMB a assisté à une stagnation de ses importations de produits raffinés. Un phénomène dû à la baisse de la consommation du carburant de la part des particuliers mais également à une hausse de la demande de la part des industries locales.
À l'instar d'autres ports français spécialistes des céréales, le port de Bordeaux a assisté en 2013 à une hausse de 30 % dans cette filière qui a achevé l'année sur un trafic de 1,3 Mt, soit 280.000 tonnes en plus. Étienne Naudé attribue cette forte progression "aux bonnes récoltes réalisées cette année en France". Et d'expliquer : "Nous exportons majoritairement du maïs et du blé vers les marchés de l'Europe du Nord et du Maghreb et nous avons trouvé avec le Japon et la Corée du Sud deux nouveaux clients qui importent du maïs non-OGM".
Trafic lié aux céréales, les graines oléagineuses, à 550.000 tonnes, ont augmenté de 23 % par rapport à 2012. Cette filière (des flux à l'import pour les deux tiers) est composée d'huiles de tournesol et de colza ainsi que de tourteaux destinés à l'alimentation animale.
Quant aux granulats, un secteur qui regroupe à la fois le sable de l'estuaire de la Gironde mais également le gravier et le ballast destiné pour l'essentiel à l'Écosse et à la Norvège, ils ont terminé 2013 sur un trafic de 850.000 tonnes, soit une hausse de 75 %. Étienne Naudé estime que "cette filière doit son dynamisme au BTP".

"Céréales, granulats et ferraille font un bond"


Pour sa part, la ferraille a également connu une forte progression. Le secteur est passé en un an de 55.000 à 97.000 tonnes grâce au bond de 75 % qu'il a connu en un an. Il s'agit d'un marché qui s'installe à Bordeaux, se félicite le directeur de la Stratégie et du développement du GPMB. Il indique que cette filière trouve ses sources en région bordelaise et est portée par l'export vers l'Espagne et la Turquie, notamment. La déconstruction des navires et le démantèlement de la centrale thermique d'Ambès ont joué cette année en faveur des chiffres.
Sans surprise, le conteneur a fait figure de mauvais élève de la classe cette année dans le port bordelais où il fait l'objet de nombreux problèmes dans un contexte de gigantisme où les petits terminaux sont marginalisés par les armateurs mondiaux. La direction de l'établissement portuaire a constaté une baisse de 10 % en un an du nombre d'EVP. "Bassens n'est plus adapté au trafic conteneurs", justifie Étienne Naudé.
Enfin, dans le secteur de la croisière, le GPMB a frisé la quarantaine d'escales. Il devrait accueillir 42 navires en 2014.

Un programme d'investissement trois fois supérieur en 2014

Cette année, le GPMB, qui fait partie des sept Grands Ports maritimes de métropole, a prévu un programme d'investissements trois fois supérieur à 2013. Il passe en effet de 13 millions d'euros à 31,3 millions d'euros cette année.
Le conteneur va faire l'objet d'un investissement dès cette année de 8 à 9 millions d'euros, visant à faire redémarrer ce secteur sur le terminal du Verdon. Une enveloppe financera également la poursuite de l'aménagement du terminal de Grattequina. Sur la passe de l'Ouest, l'établissement portuaire prévoit également la création de la nouvelle passe d'entrée de l'estuaire. Il entend également procéder à la modernisation de la forme de radoub de Bassens, des deux formes des bassins à flot et du "slipway" (plan incliné) de Bacalan pour le développement de nouvelles activités telles que le démantèlement des navires et de la maintenance navale dans le secteur du fluvial.
Le nouveau conseil de surveillance du GPMB vient d'être nommé. Il se réunira pour la première fois le vendredi 14 février.

Vincent Calabrèse

Jeudi 6 Février 2014



Lu 244 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse