Hong Kong s'interroge sur ses eaux encombrées de navires



Hong Kong s'interroge sur ses eaux encombrées de navires
L'accident maritime le plus meurtrier survenu à Hong Kong depuis quarante ans met en lumière l'encombrement des eaux autour de ce territoire du Sud de la Chine, centre commercial et bancaire qui doit en grande partie son succès à son port, depuis 150 ans.

425.000 embarcations accueillies en 2010

La collision entre un ferry et un navire transportant des passagers venus admirer le feu d'artifice tiré pour la fête nationale chinoise lundi 1er octobre au soir a causé la mort de 38 personnes, dont au moins 5 enfants, et fait de nombreux blessés. Un deuil de trois jours a été décrété par le chef du gouvernement, Leung Chun-ying, à partir de jeudi 4 octobre. Cet accident est le plus meurtrier survenu dans les eaux de ce territoire du Sud de la Chine depuis le naufrage d'un ferry assurant la liaison entre Hong Kong et Macao lors d'un typhon en 1971 (88 morts).
Hong Kong est un des ports les plus animés au monde, avec 425.000 embarcations, de tous tonnages, accueillies en 2010. Cargos, porte-conteneurs géants, aéroglisseurs, ferries et embarcations de loisirs se disputent les eaux autour de l'île de Hong Kong, des dizaines de petites îles des alentours et des côtes de la partie continentale. Les experts maritimes soulignent que, malgré l'intensité du trafic, les accidents sont rares. Mais l'accroissement de la circulation sur l'eau et les risques associés aux travaux pour gagner de la terre sur la mer, dans la baie, commandent une réflexion urgente de la part du gouvernement, ajoutent-ils. "Les gens vont commencer à se demander si la gestion du trafic maritime à Hong Kong a accompagné" l'intensification de l'activité, déclare Albert Lai, le président du centre d'études The Professionnal Commons. L'accident "affecte certainement la réputation internationale de Hong Kong en tant que plate-forme maritime", poursuit-il.
Malgré l'importance des liaisons maritimes pour les 7 millions d'habitants de cette ancienne colonie britannique - les ferries font office de transport public pour nombre d'entre eux -, l'équipage du ferry de lundi soir ne paraissait avoir aucune idée sur la conduite à suivre en cas d'urgence. Dans le ferry, parvenu à bon port à Lamma après avoir percuté l'autre navire transportant 120 personnes, les témoins ont relaté des scènes de panique lorsque le navire a commencé à prendre l'eau. "Les gens à l'avant ont commencé à crier en disant que l'eau entrait et que le bateau donnait de la gîte", a raconté Clare Kirkman, 43 ans, qui réside à Lamma comme de nombreux expatriés faisant la navette quotidiennement par ferry pour aller travailler. "Personne ne savait ce que nous avions heurté. C'était la panique complète. Personne ne nous expliquait quoi que ce soit. L'équipage était désastreux, nul", a-t-elle expliqué.

"Un des ports les plus animés au monde"


Albert Lai souligne que les centaines d'hectares gagnés sur la mer devant le Victoria Harbour ont réduit la surface de la baie de Hong Kong et rendu plus risqués les trajets des petites embarcations, ballotées par les puissantes vagues provoquées par les aéroglisseurs. Le dirigeant de Hong Kong a demandé une enquête indépendante sur les circonstances de l'accident, qui a vraisemblablement pour origine une erreur humaine. La police a arrêté mardi 2 octobre les commandants des deux navires et cinq membres d'équipage. Ils ont été libérés sous caution. "Au regard de notre amour et de notre dépendance à la mer, il faut que cette calamité serve à quelque chose. L'enquête doit conduire à des normes de sécurité encore plus élevées que celles de maintenant", soulignait mercredi 3 octobre le grand quotidien anglophone du territoire, le "South China Morning Post". "On ne peut pas s'empêcher d'être choqués et en colère. Des catastrophes de cette ampleur surviennent généralement dans des régions moins développées que la nôtre".

Beh Lih Yi

Jeudi 4 Octobre 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse